Le nouveau président tunisien, Moncef Marzouki a prêté serment - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Journal

 

  1. 21:00 TU Journal
  2. 21:10 TU Accents d'Europe
  3. 21:30 TU Journal
  4. 21:33 TU Danse des mots
  5. 22:00 TU Sessions d'information
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Autour de la question
  9. 23:30 TU Journal
  10. 23:33 TU Autour de la question
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:30 TU Journal
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Atelier des médias
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:00 TU Journal
  2. 21:10 TU Radio foot internationale
  3. 21:30 TU Journal
  4. 21:33 TU Radio foot internationale
  5. 22:00 TU Sessions d'information
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 23:30 TU Journal

Dernières infos

  • Egypte: un attentat à la bombe au Caire tue un officier de police
  • Corée du Sud: le capitaine du ferry sud-coréen qui a fait naufrage il y a trois jours au sud du pays, a été arrêté
  • François Hollande «souhaite un plein succès» à Abdelaziz Bouteflika, élu pour un quatrième mandat à 77 ans
  • Algérie: Ali Benflis ne «reconnaît pas» la victoire d'Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle
fermer

Afrique

Tunisie

Le nouveau président tunisien, Moncef Marzouki a prêté serment

media

Le nouveau président tunisien a prêté serment ce mardi 13 décembre 2011 au matin. Devant les élus de l'Assemblée constituante, Moncef Marzouki s'est engagé à rester fidèles aux objectifs de la Révolution. Cet ancien opposant au régime Ben Ali a été élu, lundi, près d'un an jour pour jour après le début de la révolte.

Pour cet instant historique dans l'hémicycle du palais du Bardo, les plus hautes personnalités de Tunisie était réunies. Au premier rang et au garde à vous se tient le très populaire général Amar, chef des armées connu pour avoir refusé de tirer sur la foule pendant la révolution. A ses côté une autorité religieuse de premier plan, le grand mufti de Tunis et le Premier ministre de transition Béji Caïd Essebsi. Derrière eux les 217 constituants.

Les élus qui, la veille, à une forte majorité ont validé la candidature de Moncef Marzouki à la présidence. Présenté par les trois partis de la nouvelle coalition gouvernementale, les islamistes d'Ennahda et leurs deux alliés de centre gauche (Ettakatol et le Congrès pour la République, CPR), Marzouki a prêté serment la main sur le coran vêtu du barnous, l'habit de laine traditionnel tunisien.

Une prestation et un discours en hommage aux morts de la révolution : « Sans leur sacrifice, a t il dit les larmes aux yeux, je ne serais pas à cet endroit. Nous sommes tenus de réaliser les objectif de la révolution », a poursuivi le nouveau président tunisien avec un mot rassembleur pour les femmes. « Il faut les protéger, a t il dit, celles portant le Niqab, le voile, mais aussi les femmes non-voilées ».

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.