Accord de pêche : coup de froid entre le Maroc et l’Union européenne - Afrique - RFI

 

  1. 11:00 TU Journal
  2. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  3. 11:30 TU Journal
  4. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  5. 12:00 TU Journal
  6. 12:10 TU Sessions d'information
  7. 12:30 TU Journal
  8. 12:33 TU Sessions d'information
  9. 12:40 TU Orient hebdo
  10. 13:00 TU Journal
  11. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  12. 13:30 TU Journal
  13. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  14. 14:00 TU Journal
  15. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  16. 14:30 TU Journal
  17. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  18. 15:00 TU Journal
  19. 15:10 TU Si loin si proche
  20. 15:30 TU Journal
  21. 15:33 TU Si loin si proche
  22. 16:00 TU Journal
  23. 16:10 TU Tous les cinémas du monde
  24. 16:30 TU Journal
  25. 16:33 TU Tous les cinémas du monde
  1. 11:00 TU Journal
  2. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  3. 11:30 TU Journal
  4. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  5. 12:00 TU Journal
  6. 12:10 TU Afrique presse
  7. 12:30 TU Sessions d'information
  8. 13:00 TU Journal
  9. 13:10 TU La marche du monde
  10. 13:30 TU Journal
  11. 13:33 TU La marche du monde
  12. 14:00 TU Journal
  13. 14:10 TU Atelier des médias
  14. 14:30 TU Journal
  15. 14:33 TU Atelier des médias
  16. 15:00 TU Journal
  17. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  18. 15:30 TU Journal
  19. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  20. 16:00 TU Journal
  21. 16:10 TU Si loin si proche
  22. 16:30 TU Journal
  23. 16:33 TU Si loin si proche
  24. 17:00 TU Journal
  25. 17:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
Urgent

D'après plusieurs témoins, le président burkinabè déchu Blaise Compaoré a été vu ce samedi 1er novembre à Yamoussoukro. Son épouse Chantal confirme officiellement la présence de son mari en Côte d'Ivoire.

Dernières infos

fermer

Afrique

Agriculture et Pêche Espagne Maroc Union Européenne

Accord de pêche : coup de froid entre le Maroc et l’Union européenne

media

Après le refus du Parlement européen, mercredi 14 décembre 2011, de proroger l’accord de pêche qui lie l’Union européenne et le Maroc, les rapports entre Bruxelles et Rabat se sont détériorés ces dernières heures. Les eurodéputés estiment que l’accord ne prend pas clairement en compte les intérêts de la population du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc. Dans la foulée, Rabat a demandé aux bateaux de pêche européens, espagnols pour la plupart, de quitter les eaux marocaines. L’Espagne réclame une compensation à Bruxelles. La France « regrette vivement » le vote du Parlement européen.

L’affaire a commencé mercredi 14 décembre, lorsque les députés européens ont rejeté la prorogation d’un an de l’accord UE-Maroc qui permet notamment à quelque 125 navires battant pavillon de onze pays de l'Union d'opérer dans les eaux du Maroc. En échange, Bruxelles verse une contrepartie financière annuelle européenne de 36,1 millions d'euros. Les armateurs payent en outre des redevances à Rabat en fonction des captures.

Aux yeux des eurodéputés, l'accord ne prend pas suffisamment en compte les intérêts de la population du Sahara occidental, cette ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc en 1975, sous le règne d’Hassan II. Les élus ont également estimé qu'il revenait à un gaspillage de l'argent des contribuables européens, qu'il n'était pas viable sur le plan écologique et environnemental et qu'il n'apportait guère de bénéfices économiques, tant à l'Union européenne qu'au secteur de la pêche marocain.

L'essentiel des prises est le fait de gros chalutiers industriels, qui pêchent notamment sardines, maquereaux, chinchards et anchois dans les eaux marocaines. La plupart des navires autorisés sont espagnols et portugais, mais des navires français, italiens, britanniques, polonais et allemands en profitent aussi.

« Conséquences sérieuses »

La réplique de Rabat au vote des eurodéputés n’a pas tardé. Réagissant avec une extrême fermeté, le Maroc a demandé aux bateaux de pêche européens de ses eaux quitter avant mercredi minuit. « La décision du Parlement européen marque un développement regrettable, aux conséquences sérieuses sur l'avenir de la coopération entre le Maroc et l'UE en matière de pêche », a déploré dans un communiqué le ministère marocain des Affaires étrangères.

Mais les autorités marocaines vont plus loin, s’interrogeant sur « l'opportunité d'une réévaluation globale de son partenariat avec l'UE », au moment où « des négociations sont en cours avec l'UE dans le cadre de perspectives mutuellement prometteuses sur d'autres volets de coopération ». Une allusion claire au feu vert donné mercredi soir à Genève par les ministres européens du Commerce à la Commission européenne en vue d'entamer des négociations commerciales avec le Maroc, la Jordanie, la Tunisie et l'Egypte. Ces négociations visent à aboutir à des accords de libre-échange « profonds et complets » en matière d'échanges de biens et services avec ces pays.

La commissaire européenne en charge de la Pêche, Maria Damanaki, a promis de se conformer à l’injonction marocaine « en appliquant les procédures les plus rapides à notre disposition ». Résultat : des dizaines de chalutiers espagnols, rentrés précipitamment dans la nuit, étaient cloués à quai ce jeudi.

La ministre espagnole de la Pêche, quant à elle, n’a pas caché sa colère. À son arrivée, jeudi matin, à une réunion à Bruxelles avec ses homologues européens, Rosa Aguilar a exigé de l'UE une « compensation » pour les dommages que va subir la flotte de pêche espagnole à la suite de cette annulation : « Nous allons défendre cette flotte et les marins qui se retrouvent privés de travail. »

Entre Bruxelles et Rabat, les liens ne sont toutefois pas rompus. La commissaire Maria Damanaki s'est engagée à poursuivre le dialogue avec les autorités marocaines, prenant « bonne note » des demandes des députés en faveur d'une relance des négociations en vue d'un nouvel accord de pêche. « Si un nouvel accord devait être proposé et conclu, il aurait besoin d'apporter des réponses convaincantes aux questions-clé » en matière d'environnement, de viabilité économique et de conformité au droit international.

L’Espagne en colère

Avec notre correspondante à Barcelone, Martine Pouchard

Les pêcheurs espagnols ont fait demi-tour et ont quitté les eaux marocaines, le cœur gros, en colère mais surtout avec plus d’une crainte pour le futur. L’ordre a été donné par la ministre de l’Environnement et de la pêche, Rosa Aguilar, à la suite de l’ultimatum marocain et pour éviter tout incident.

En Andalousie comme aux Canaries, le veto européen comme la décision marocaine aura des conséquences catastrophiques dans un secteur déjà largement touché par la crise. 110 des 119 licences accordées l’étaient pour des navires espagnols.

L’Espagne est la principale victime de la décision au niveau politique et cela aura évidemment un impact dans le cadre des relations bilatérales avec le Maroc. La décision du Parlement européen met en évidence que l’une des conditions sine qua non de l’accord de 2006, c’est-à-dire un bénéfice certain pour le peuple sahraoui n’a pas été respecté.

Le gouvernement espagnol proteste en insistant sur les pertes pour le secteur et demande qu’au plus vite les pêcheurs soient indemnisés en raison du préjudice causé. La ministre espagnole qui comparaissait à Bruxelles a insisté pour qu’un nouvel accord soit trouvé au niveau européen le plus vite possible.

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.