Présidentielle en RDC: la requête en annulation de Kamerhe devant la Cour suprême a tourné court

Vital Kamerhe, candidat à la présidentielle du 28 novembre 2011, lors d'une conférence de presse.
© RFI/Bruno Minas

La Cour suprême de justice a examiné le 15 décembre le recours formulé par l'un des candidats de l'opposition, Vital Kamerhe, demandant l'annulation du scrutin pour fraudes. La séance d'audition devant la Cour a été houleuse. Les accusations n'ont pas été abordées sur le fond et l'audience s'est noyée dans des querelles de procédure jusqu’à ce que les avocats de l’opposition quittent la salle en dénonçant une « parodie de justice ». La CSJ doit donner demain samedi le nom du nouveau président et proclamer les résultats officiels du scrutin.

Dossier spécial élections en RDC

Quatre heures de retard et des incidents d’audience dès la première minute. L’ambiance était électrique jeudi devant la Cour suprême de justice. Les avocats du parti de Vital Kamerhe ont ferraillé pendant trois heures sur des questions de procédures et d’interprétation de la loi, avant de jeter l’éponge et de quitter la salle.

Le fond n’a même pas été abordé, Vital Kamerhe voulait apporter des preuves de fraude dans le scrutin. Les avocats, y compris ceux de l’UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social, étaient venus avec la conviction que la Cour rejetterait la requête.

Pour Maître Serge Mayamba « ce qui vient de se passer prouve suffisant que Etienne Tshesekedi avait bien raison d’attirer l’attention de la population congolaise sur le caractère partisan de cette Cour ».

Le camp présidentiel lui est resté pour suivre l’audience jusqu’au bout. Aubin Minaku, secrétaire général de la majorité déclare qu'« au lieu de poursuivre la procédure, ils ont préféré sortir. Mais cela n’empêche pas la Cour de poursuivre l’instruction sans désempare ».

Il ne fait maintenant aucun doute que la Cour suprême rejettera le recours en annulation, et proclamera dans quelques jours Joseph Kabila vainqueur.

Par ailleurs, l'UDPS dénonce les arrestations de quatre de ses membres les 13 et 14 décembre dans la cité Nsioni, territoire de Lukula dans la province du Bas Congo. Ils sont détenus dans une prison des services de renseignement à Matadi, le chef lieu de la province.

Selon le responsable de l'UDPS pour le Bas Congo, José Nzau, la police a arrêté des témoins du parti qui avaient dénoncé des irrégularités lors du scrutin du 28 novembre.

Nos témoins n'ont pas enfreint la loi. Ils ont joué leur rôle, ils ont été vigilants pour empêcher la fraude.

José Nzau
16-12-2011 - Par Nicolas Champeaux

Par ailleurs, les membres de la médiation nationale étaient le 15 décembre dans la commune de Limeté pour y rencontrer Etienne Tshisekedi. Le leader de l'UDPS qui a pour sa part rejeté les résultats du 28 novembre, et s'est autoproclamé «président élu». L'entretien avec les membres de la médiation nationale a été difficile.

Médiation nationale chez Etienne Tshisekedi
16-12-2011 - Par Kamanda Wa Kamanda

La Commission électorale nationale indépendante(Céni) a provisoirement annoncé le 9 décembre la réléection de Joseph Kabila (48,95 %) devant l'opposant Etienne Tshisekedi (32,33 %) . Vital Kamerhe était arrivé 3e du scrutin avec 7,54%.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.