La communauté internationale très réservée sur la régularité du scrutin présidentiel en RDC


©

Après l'annonce de la victoire de Joseph Kabila à la présidentielle du 28 novembre dernier, et le refus de ce résultat par l'opposition congolaise, les réactions sont réservées en Europe et aux Etats-Unis. La diaspora congolaise se fait entendre aussi, avec un millier de manifestants à Bruxelles, et plusieurs centaines à Paris samedi, et Londres, mercredi.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, ne conteste pas le résultat de la présidentielle en RDC, mais il annonce qu'il ne se rendra pas à l'investiture de Joseph Kabila pour envoyer un signal diplomatique.

On a constaté pas mal d'irrégularités pendant tout ce processus (électoral), et on s'attendait à ce que la Cour suprême donne plus de réponses détaillées à toutes les critiques qui ont été évoquées. [...] Cela étant, il me semble que les irrégularités ne remettent pas en cause le classement des candidats...
Didier Reynders
10-10-2013 - Par Pierre Benazet

La France a déclaré samedi 17 décembre «prendre note» de la validation par la Cour suprême de Justice de la République démocratique du Congo de la réélection du président Joseph Kabila en dépit de «graves irrégularités» constatées lors du processus électoral. Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valéro :

Nous prenons note de la publication de ces résultats. Cela étant… il y a eu des irrégularités dans le déroulement du scrutin et au niveau du comptage des voix, il s’est passé des choses qui ne doivent plus se passer. Nous espérons bien qu’à l’avenir de telles défaillances, de tels errements… ne se reproduiront pas... la confiance est affectée...
Bernard Valéro, porte-parole du Quai d'Orsay : «la confiance est affectée»
10-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

Même réserve du côté des Etats-Unis

Aux Etats Unis, la sous-commission du Sénat américain en charge des Affaires africaines demande un réexamen des résultats des élections en RDC, au lendemain de la proclamation de la victoire de Joseph Kabila par la Cour Suprême de justice. Les explications du président de cette sous-commission, le sénateur démocrate du Delaware, Chris Coons :