Republier
RDC

En RDC, Etienne Tshisekedi et Joseph Kabila se disputent le fauteuil présidentiel


©

Etienne Tshisekedi fait monter la pression. Le leader de l’UDPS, qui se considère comme le vainqueur de la dernière présidentielle, a tenu son premier discours dimanche 18 décembre 2011, deux jours après la proclamation des résultats définitifs par la Cour suprême. Cela se passait chez lui, dans son quartier de Limete à Kinshasa. Et la réponse de la majorité présidentielle ne s'est pas faite attendre.

D’entrée de jeu, le directeur de cabinet d’Etienne Tshisekedi met dans l’ambiance : «Bienvenue à la présidence de la République démocratique du Congo », dit-il. Cela se passe sous un abri dans le jardin de la petite maison du leader d’opposition. Hymne national, suivi d’une adresse à la Nation. « Congolaises, Congolais », coiffé de son éternelle casquette, Etienne Tshisekedi n’appelle pas à manifester, il appelle au calme et à la sérénité, «parce que quelqu’un qui est vainqueur, dit-il, ne s’agite pas, il reste serein ».

... Quant aux fauteurs en eau trouble, à commencer par Monsieur Kabila, je vous demande, à vous tous, de rechercher ce Monsieur partout où il est dans le territoire national et de me l'amener ici vivant.
Etienne Tshisekedi
10-10-2013 - Par Bruno Minas

Puis il pousse le bouchon très loin. Devant l’assistance médusée, il demande l’arrestation de Joseph Kabila. Ensuite il appelle l’armée et la police à se placer «sous l’autorité légitime». Tshisekedi annonce qu’il prêtera serment vendredi devant le peuple au stade des martyrs.

La réaction du camp Kabila

Après cette déclaration, le camp présidentiel a réagi. «C’est une enième scène de la vaste blague d’Etienne Tshisekedi qui a commencé dans les années 90» dit le secrétaire général de la majorité Aubin Minaku. Cependant, devant les appels à la désobéissance civile, il demande que l’Etat exerce sa puissance contre Tshisekedi.

Nous avons la maîtrise de nos forces armées, la maîtrise des services de sécurité, de la police. Mais cet appel-là est un appel infractionnel (...) C'est un appel pour que le sang coule au Congo...
Aubin Minaku
10-10-2013 - Par Bruno Minas

Dans le concert de réactions après l'annonce de l'élection de Joseph Kabila, une voix différente s'est faite entendre, celle d'Oscar Kashala. Il avait été candidat en 2006 et cette année en 2011. Dans une allocution prononcée dimanche, il déclare tenir à la tradition républicaine qui veut que les perdants admettent élégamment leur défaite. Oscar Kashala «félicite Joseph Kabila pour sa réelection et lui souhaite plein succès dans son nouveau mandat».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.