Les rappeurs de Y’en a marre lancent «Faux ! Pas forcé» contre la candidature d’Abdoulaye Wade


©

Le groupe de rappeurs engagés Y’en a marre vient de lancer un nouveau disque contre la candidature d’Abdoulaye Wade à un troisième mandat. « Faux ! Pas forcé » a été tiré à cinquante exemplaires distribués aux médias. Ce « single » appelle le président sénégalais à renoncer à se présenter à la présidentielle du 26 février prochain par respect pour la Constitution.

C’est un « single » de combat que les rappeurs de Y’en a marre ont lancé aujourd’hui. Le morceau s’intitule « Faux ! pas forcé ». Le jeu de mots s’adresse directement au président sénégalais, Abdoulaye Wade. Sous entendu : « Faut pas forcer la Constitution en briguant un troisième mandat ».

« Le Sénégal est sur le point de s’embraser par le fait de l’obsession et de l’entêtement d’un seul homme au pouvoir, a déclaré au début de la conférence de presse Fadel Barro, l’un des responsables du mouvement. Notre responsabilité est de lui barrer la route avant qu’il ne soit trop tard ».

 « Ne sois pas comme Kadhafi »
 
Y’en a marre interpelle le chef de l’Etat sans prendre de pincettes : « Mauvais cocher, tu dévies le cheval / Notre argent tu nous le vole et le partage avec ton clan », scande ainsi Kilifeu dans le premier couplet. « Abdoulaye Respecte ta parole / Je le jure faut pas forcer » reprend le refrain. « Si tu aimes ton peuple, chantent les rappeurs, ne t’entête pas au pouvoir, ne verse pas son sang. » ou un peu plus loin « Ne sois pas comme Kadhafi, si tu ne veux pas que l’on fasse comme la Libye ».  
 
Les artistes de Y’en a marre  se disent déterminés « On ne bougera pas d’un centimètre, père, dit leur chanson Nous irons jusqu’au bout, même genou à terre / Déploie ton armée et ta police, qu’elles tirent sur nous. »  Ils affirment pourtant vouloir rester dans le respect des lois et règlements …et dans l’esprit du NTS (le Nouveau Type de Sénégalais) prôné par le mouvement.
 
« Qu’ils ne comptent pas sur Y’en a marre pour brûler le pays » a lancé Thiat, le porte-parole du groupe, lors de la conférence de presse. La rencontre a d’ailleurs commencé par l’hymne national, et s’est terminée de la même manière.Les rappeurs de Y’en a marre appellent leurs fans et leurs sympathisants à se joindre au congrès du peuple qui aura lieu ce vendredi 23 décembre, parallèlement au congrès du parti démocratique sénégalais. « Le Sénégal est en danger, le Sénégal est en jeu a estimé Simon, l’un des artistes du groupe. On vous appelle le 23 pour lui montrer qu’il ne faut pas forcer ».
 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.