Aussitôt arrivé à Paris, le Rwandais Callixte Mbarushimana a été placé sous contrôle judiciaire - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Couleurs tropicales

 

  1. 02:33 TU Couleurs tropicales
  2. 03:00 TU Journal
  3. 03:15 TU Sessions d'information
  4. 03:30 TU Journal
  5. 03:33 TU Sessions d'information
  6. 03:40 TU Accents d'Europe
  7. 04:00 TU Journal
  8. 04:15 TU Sessions d'information
  9. 04:30 TU Journal
  10. 04:33 TU Sessions d'information
  11. 04:37 TU Grand reportage
  12. 04:57 TU Sessions d'information
  13. 05:00 TU Journal
  14. 05:15 TU Sessions d'information
  15. 05:30 TU Journal
  16. 05:40 TU Sessions d'information
  17. 05:50 TU Sessions d'information
  18. 06:00 TU Journal
  19. 06:15 TU Sessions d'information
  20. 06:30 TU Journal
  21. 06:43 TU Sessions d'information
  22. 07:00 TU Journal
  23. 07:10 TU Sessions d'information
  24. 07:30 TU Journal
  25. 07:40 TU Grand reportage
  1. 02:33 TU Couleurs tropicales
  2. 03:00 TU Journal
  3. 03:15 TU Sessions d'information
  4. 03:30 TU Sessions d'information
  5. 04:00 TU Journal
  6. 04:15 TU Sessions d'information
  7. 04:30 TU Sessions d'information
  8. 05:00 TU Journal
  9. 05:15 TU Sessions d'information
  10. 05:30 TU Sessions d'information
  11. 06:00 TU Journal
  12. 06:15 TU Sessions d'information
  13. 06:30 TU Journal
  14. 06:43 TU Sessions d'information
  15. 07:00 TU Journal
  16. 07:10 TU Sessions d'information
  17. 07:30 TU Sessions d'information
  18. 08:00 TU Journal
  19. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  20. 08:30 TU Journal
  21. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  22. 09:00 TU Journal
  23. 09:10 TU Priorité santé
  24. 09:30 TU Journal
  25. 09:33 TU Priorité santé
fermer

Afrique

France Justice Justice internationale RDC Rwanda

Aussitôt arrivé à Paris, le Rwandais Callixte Mbarushimana a été placé sous contrôle judiciaire

media

Le dirigeant des rebelles hutus rwandais Callixte Mbarushimana a été libéré ce vendredi matin 23 décembre par la Cour pénale internationale après onze mois de détention. La CPI a abandonné les charges de « crimes contre l'humanité et crimes de guerre » en 2009 dans l'est de la RDC qui pesaient sur lui, faute de preuves. Le temps d'obtenir que l'ONU lève exceptionnellement son interdiction de voyager, il a donc été ramené en France ce vendredi par avion. C'est le premier suspect de la Cour de La Haye à retrouver la liberté.

Callixte Mbarushimana est arrivé dans l'après-midi à l'aéroport de Roissy. Son épouse et son avocat l'y attendaient. C'est lui qui a demandé à rentrer en France, il y a quelques jours, quand les juges de la CPI ont ordonné sa libération, car c'est en France qu'il vivait depuis 2002.

Sitôt atterri, le dirigeant rebelle rwandais a toutefois été conduit devant un juge d'instruction. Et avant qu'il ne parte retrouver sa famille pour les fêtes de Noël, le juge lui a rappelé qu'il était sous contrôle judiciaire en France, qu'il lui faudrait se présenter régulièrement aux autorités.

Callixte Mbarushimana a en effet été mis en examen en France il y a un an ; non pas à cause des accusations de crimes commis par son mouvement des FDLR au Congo Kinshasa - ça c'était le dossier de la CPI - mais pour son rôle présumé pendant le génocide de 1994.

En 2008, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda a porté plainte contre lui en France. Des survivants du génocide l'accusent notamment d'avoir livré des collègues tutsis aux génocidaires en 1994 au Rwanda alors qu'il travaillait pour le Programme des Nations unies pour le développement.

Pendant deux ans, cette plainte est restée sans suite. Mais l'an dernier, quand Callixte Mbarushimana a été interpellé en vertu du mandat d'arrêt de la CPI, la justice française en a profité pour le mettre en examen. Selon ses avocats, cette procédure-là suit son cours.

C'est une victoire du droit et de la justice internationale.
Maître Arthur Vercken Avocat de Callixte Mbaruhimana 10/10/2013 - par RFI écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.