Republier
Égypte

La justice égyptienne ordonne à l’armée l’arrêt des tests de virginité

La militante Samira Ibrahim (D) salue la décision de la Haute Cour administrative d’interdire les tests de virginité pratiqués par l’armée.
© REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

En Egypte, la justice a ordonné, ce mardi 27 décembre 2011, à l’armée de mettre un terme aux tests de virginité. En mai 2011, un responsable avait indiqué que cet examen était pratiqué sur des détenues pour que l’armée ne soit pas accusée plus tard de les avoir violées. Une révélation qui avait provoqué l’indignation des organisations de défense des droits de l’homme alors que du côté de l’armée on avait nié de telles pratiques.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

L’arrêté de la Haute Cour administrative a été accueilli par les hourras des activistes qui se sont rendus place Tahrir célébrer leur victoire. En tête du cortège, Samira Ibrahim, une des manifestantes à qui l’armée aurait fait subir un test de virginité.

L’armée, elle, se dit non concernée par le verdict de la Cour administrative. Le général Adel el-Morsi, chef de la justice militaire, a en effet affirmé qu’il n’existait aucune directive de l’armée concernant les tests de virginité. « Si cela s’est fait, l’acte relève d’une initiative individuelle et illégale nécessitant des poursuites », a indiqué le général. Il a précisé qu’un médecin conscrit accusé d’avoir pratiqué des tests de virginité était actuellement jugé devant une cour martiale.

Des arguments qui n’ont pas convaincu les activistes pour qui ces enquêtes et ces procès entrepris par l’armée ne sont que de la poudre aux yeux. « Dans la meilleure des hypothèses, quelques conscrits seront condamnés mais jamais ceux qui ont donné les ordres », nous a affirmé un militant de l’alliance des jeune de la révolution.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.