Nigeria: mobilisation générale contre Boko Haram

L'église Sainte-Thérèse de Madalla, près d'Abuja, est l'une des églises touchées par les attentats revendiqués par Boko Haram. Au moins 35 personnes y auraient perdu la vie, le 25 décembre 2011.
© Reuters/Afolabi Sotunde

Les violences antichrétiennes se poursuivaient ce lundi 26 décembre 2011 au Nigeria où des magasins tenus par des chrétiens ont été incendiés dans le nord-est du pays, au lendemain des sanglants attentats qui ont notamment visé deux églises. Les attaques ont été revendiquées par la secte islamiste Boko Haram qui promet de poursuivre son offensive. Les plus hautes autorités nigérianes, à commencer par le président Goodluck Jonathan, ont sonné la mobilisation générale.

Dans son communiqué, le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, appelle l’ensemble de la population à condamner ces attaques. Il rappelle aussi la volonté du gouvernement de poursuivre les auteurs de ces violences et de les traduire devant les tribunaux afin qu’ils soient jugés. Une traque de tous les instants comme l’a précisé le ministre en charge de la police, évoquant une «guerre intense» lancée contre le pays, qui nécessite des moyens pour y faire face.

Boko Haram menace de porter ses coups dans le Nord

Et la menace est importante : tous les attentats de ces derniers jours ont été revendiqués par Boko Haram, groupe fondamentaliste qui prône la création d’un Etat islamique au Nigeria. Boko Haram promet de poursuivre de telles attaques dans le nord du pays ces prochains jours.

Des déclarations d’un porte-parole du mouvement qui sont à prendre au sérieux : Boko Haram, qui multiplie et intensifie ses actions depuis des mois a revendiqué l’attentat-suicide contre le siège des Nations unies à Abuja, fin août 2011, et  qui avait fait 24 morts. Le mouvement s’attribue également la responsabilité des attaques de Noël de l’an passé qui avaient là encore visé des églises et fait des dizaines de morts.

Les chrétiens du Nigeria ont peur : témoignages des évêques de Maiduguri, Oliver Doeme, et de Jos, Ignatius Kaigama, au micro de Leila Beratto.
27-12-2011 - Par RFI

Ce lundi, le pape Benoît XVI a exprimé sa «profonde tristesse» après les attentats de Noël qu'il a qualifiés de «geste absurde». Une messe s'est tenue dans l'église de Madalla, gravement endommagée par l'attentat de Noël et des centaines de personnes ont assisté à l'office.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.