Les Sénégalais partagés sur la candidature de Youssou N'Dour à la présidentielle de 2012

Youssou N'Dour
© DR

La candidature de Youssou N'Dour à la présidentielle du 26 février est diversement appréciée par les Sénégalais, partagés, à la fois sur le «profil» du chanteur et homme d'affaires, et ses compétences pour occuper une telle fonction. Reste que cette annonce donne une visibilité soudaine à une tendance de fond au Sénégal : le déplacement des frontières entre société civile et classe politique. De plus en plus de personnalités non partisanes partent à la conquête des institutions publiques.

En proclamant qu’il est « l’alternative à l’alternance », bien qu’étant neuf en politique, Youssou N'Dour met une voix populaire sur une tendance de fond, silencieuse. Celle d’un renouvellement de la politique sénégalaise depuis l’extérieur du système des partis.

Les grands débats organisés lors des Assises nationales de 2008 et 2009 ont constitué un jalon important de cette évolution. Lors des élections locales de mars 2009, on a ensuite vu se forger des alliances nouvelles entre société civile et partis. Il y a eu également l’efflorescence de « mouvements citoyens » de 2010, puis la naissance en 2011 du M23, le cadre créé entre partis et organisations apolitiques après les manifestations contre la réforme de la Constitution.

Pour la présidentielle à venir, différents candidats « indépendants » veulent porter cette parole extérieure aux partis : Youssou N'Dour, le diplomate Ibrahima Fall ou l’universitaire Amsatou Sow Sidibé, mais aussi le journaliste Abdoulatif Coulibaly,  jusqu'à ce qu'il annonce le retrait de sa candidature, ce mercredi 4 janvier.

« Les appareils politiques traditionnels ont largement perdu de leur capacité à faire rêver les gens au Sénégal, analyse le chercheur en science politique Alioune Badara Diop. Alors que dans le même temps, ils n’ont pas fait jouer la démocratie en interne ».

C’est donc hors de ces partis qu’une offre politique nouvelle s’est mise en place.

Réactions mitigées

Dans le camp de Wade, la candidature de la star sénégalaise ne fait « pas peur » comme l'exprime Elhadji Amadou Sall, porte-parole du candidat-président.

C'est une candidature qui ne nous n'effraie pas.

Elhadj Amadou Sall
04-01-2012 - Par Donaig Le Du

Pour Macky Sall, l'un des candidats du prochain scrutin présidentiel, l'adversaire c'est Abdoulaye Wade, le président sortant.

Le seul qui puisse être considéré comme un adversaire, à l'heure actuelle, c'est Abdoulaye Wade, le président sortant.

Macky Sall
04-01-2012 - Par Laurent Correau

Le rappeur Thiat, l'un des porte-drapeaux du collectif «Y'en a marre» qui se veut un mouvement citoyen et apolitique, accueille plutôt favorablement l'annonce de la candidature de Youssou N'Dour. Depuis sa création l'an dernier, -avec à sa tête des rappeurs de la capitale sénégalaise-, il a rassemblé autour de lui beaucoup de déçus de la politique traditionnelle.

Cette candidature prouve que les Sénégalais sont en train de retrouver le goût de la chose publique.

Thiat
04-01-2012 - Par Donaig Le Du

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.