Nigeria : lourd bilan de la série d’attaques à Kano

Plusieurs attaques dans la ville nigérienne de Kano ont fait plus de 100 morts, le 20 janvier 2012.
© REUTERS/Stringer

Le bilan s’alourdit au Nigeria au lendemain d’une série d’attaques qui a touché la ville de Kano dans le nord du pays. Pas moins de 20 déflagrations ont été entendues en l'espace de quelques minutes. Il y aurait selon une source hospitalière au moins 162 victimes. Des actions revendiquées par la secte Boko Haram très présente dans la région et qui a déjà mené des opérations similaires dans le pays.

Depuis l’instauration d’un couvre-feu vendredi soir à Kano, dans le nord du Nigeria, le calme est revenu dans la ville ce samedi. Les rues sont désertes et l’heure est au bilan. « C’était horrible. L’attaque était très violente et il y a sans doute beaucoup de victimes. On ne sait pas », a déclaré un agent de l’immigration joint en fin de matinée, encore sous le choc.

Les attaques coordonnées se sont déroulées vendredi en fin d’après-midi. Au moins une vingtaine de déflagrations ont retenti dans différents quartiers de la mégalopole du Nord-Nigeria.

Selon la police, huit sites ont été visés : des commissariats de police, le quartier général des services secrets et les bureaux de l’immigration. Suite aux déflagrations, des échanges de tirs se sont déroulés entre assaillants et policiers pendant près de trois heures. Ces violences ont été revendiquées ce samedi matin par la secte islamiste Boko Haram sur qui pesait déjà tous les soupçons en raison du mode opératoire.

Ces derniers mois, le groupe fondamentaliste a multiplié les attentats, utilisant des moyens de plus en plus sophistiqués. Une campagne de terreur qui va crescendo et vise tour à tour les forces de l'ordre, les institutions, la communauté internationale et les chrétiens. Jusque-là, la ville de Kano qui compte quelques 15 millions d'habitants, majoritairement musulmans, était épargnée par les violences. Elle a été touchée de plein fouet ce vendredi par des attentats qui sont les plus meurtriers jamais perpétrés par Boko Haram.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.