Republier
Nigeria

Nigeria : des violences sans fin

A Kano, un homme passe devant les ruines d'un poste de police incendié le 21 janvier 2012.
© REUTERS

Au Nigeria, ce dimanche 22 janvier, les violences ont continué avec la mort d'au moins neuf personnes au cours d'une nouvelle attaque contre des chrétiens dans le nord à Tafawa Balewa, dans l'Etat de Bauchi. Et cela, 48 heures à peine après une suite d’attaques meurtrières ayant fait de très nombreux morts dans la ville de Kano. Les rues de cette cité restent d'ailleurs largement désertes malgré la levée partielle du couvre-feu.

Aujourd'hui la ville de Kano, dans le nord du Nigeria, a retrouvé son calme, un calme relatif car de nombreux policiers et militaires restent déployés aux carrefours stratégiques et sur les barrages de contrôle installés sur les principales avenues.

Mais les rues de la ville restaient largement désertes malgré la levée partielle du couvre-feu. Un couvre-feu qui sera désormais en vigueur dès la nuit tombée au lever du jour.

Si le calme semble revenu à Kano, les violences se sont poursuivies dans le nord du pays contre des chrétiens. Des explosions se sont produites ce 22 janvier dans deux églises de Bauchi. Pour l'heure, aucun bilan mais l'une des deux églises a été complètement détruite et le toit s'est effondré.

Grenades et armes automatiques

A Tafawa Balewa, toujours dans l'Etat de Bauchi, des assaillants ont lancé des grenades artisanales dans des maisons, surprenant les habitants endormis.
Plusieurs personnes sont mortes dans ces explosions, d'autres ont été tuées à l'arme automatique alors qu'elles sortaient précipitamment.

Côté enquête, la police commence à comprendre le mode opératoire de la secte islamiste Boko Haram qui a revendiqué les attaques de Kano. Ce sont au moins huit sites dans la ville qui ont été visés par des assauts « coordonnés ». Et au total une vingtaine d'explosions ont été entendues.

Quant au bilan, il ne cesse de s'alourdir. De 163 cadavres comptabilisés hier par les services d'urgence, il est passé aujourd'hui à 178 morts. Et puis, de sources concordantes, on apprend que le président Goodluck Jonathan est attendu à Kano ce dimanche après-midi.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.