Nigeria : des voitures chargées d’explosifs découvertes à Kano

Evacuation de victimes des attentats à Kano, le 20 janvier 2012
© Reuters

La police a découvert, ce lundi 23 janvier 2012, huit voitures remplies d’explosifs et plus d’une centaine d’engins piégés dans la ville de Kano, dans le nord du Nigeria. Ces découvertes ont eu lieu trois jours après les attaques meurtrières de vendredi dernier qui ont fait 185 morts, selon un bilan encore provisoire. Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué les attentats. En déplacement dimanche à Kano, le président nigérian Goodluck Jonathan a promis de renforcer la sécurité.

Huit voitures remplies d’explosifs ont été découvertes dans plusieurs quartiers de Kano, selon une information fournie par un haut responsable de la police, sous couvert de l’anonymat, à l’AFP. « Nous faisons toujours face à de sérieuses menaces sécuritaires », a-t-il ajouté. Un peu plus tard, il a fait état de la découverte d’une centaine d’engins piégés retrouvés également à Kano et notamment « beaucoup de bombes non explosées retrouvées autour du quartier général de la police » de la ville.

Cette découverte intervient trois jours après des fusillades et une série d’attentats à la bombe à Kano, la deuxième ville du pays. Ces attaques ont tué plus de 160 personnes, selon une source policière. De source médicale, un bilan, encore provisoire, fait état de 185 morts.

Renforcer la sécurité

Ce lundi matin à Kano, des centaines de fonctionnaires et de responsables religieux ont prié pour la paix dans une grande mosquée de la ville. Hier, dimanche, le président nigérian Goodluck Jonathan s’est rendu à Kano et a promis de traquer les auteurs des attaques et de renforcer la sécurité dans la ville. Il a rendu visite au principal chef traditionnel musulman de la région, l’émir Ado Bayero, et assuré que les personnes soutenant Boko Haram seraient démasquées et traduites en justice. « Ceux qui les encouragent, ceux qui les aident, devront rendre des comptes », a-t-il dit. L’émir, de son côté, a demandé au chef de l’Etat de renforcer les effectifs de police.

Selon des habitants de Kano, joints dans la journée par RFI, les gens se sont rendus à leur travail ; les banques et les marchés ont ouvert mais l’inquiétude demeure. « Les habitants ont la peur au ventre », a constaté un homme d’affaires de la ville.

Le président Goodluck Jonathan a tenu à se rendre dans l’un des huit sites visés par les kamikazes vendredi dernier. Il s’est notamment déplacé à un commissariat de police où il a déclaré que « les terroristes devaient certainement bénéficier d’aides financières de l’étranger » sans plus de précisions.

Pas de répit

Boko Haram avait déjà revendiqué l’attaque contre une église catholique proche de la capitale fédérale, Abuja, le jour de Noël dernier. Quarante-quatre fidèles avaient trouvé la mort. Depuis, le groupe islamiste n’observe pas de répit. Après les attaques de vendredi, hier, dimanche, des explosions se sont produites dans deux églises de Bauchi, également dans le nord du Nigeria. Aucun bilan n’a été avancé mais l’un des deux édifices a été complètement détruit.

Cette recrudescence des violences dans un pays divisé entre un Nord essentiellement musulman et un Sud à majorité chrétienne fait craindre un conflit religieux plus important au Nigeria. Pour le dignitaire suprême des musulmans, le sultan de Sokoto Sa’ad Abubakar « le Nigeria traverse une période d’insécruité générale d’une importance énorme ».

Clivage Nord-Sud

Au Nigeria, le clivage nord et le sud du pays n'est pas seulement une question religieuse et politique ; c'est aussi une question économique. La différence se traduit dans les chiffres. Selon les données compilées par le magazine The Economist, au nord le revenu par habitant est inférieur de moitié à celui du sud. Là où un sudiste perçoit 100, un nordiste ne perçoit que 50.

En matière d'éducation, là aussi les inégalités sont criantes. Dans le nord, le taux d'alphabétisation atteint à peine un tiers de celui du sud. Les nordistes s'estiment délaissés par le pouvoir fédéral à qui ils reprochent d'avoir concentré les investissements sur la bande côtière. Selon les spécialistes, le constat n'est pas tout à fait juste. Le sud et le nord connaissent les mêmes problèmes de manque d'énergie ou de routes délabrées.

La richesse du sud provient d'abord de sa position géographique et de son histoire. Les ports sont au sud, de même que le pétrole et les industries qu'il génère. Le sud a vu s'implanter les banques, les industries de transformation, les entreprises de télécommunications. A contrario, le nord s'est spécialisé dans l'agriculture, activité de base moins pourvoyeuse de richesses. Il existe cependant des exceptions, Kano et Kaduna sont deux villes très dynamiques. Les industries agroalimentaires, cotonnières ou l'industrie du cinéma tirent l'économie locale. Les tanneries de Kano exportent le cuir jusqu'en Italie.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.