La transition malgache en mauvaise posture après le retour avorté de Marc Ravalomanana

Aéroport de Antananarivo, 21 janvier 2012. Les partisans de l'ancien président Marc Ravalomanana attendent leur leader, dont l'avion fera finalement demi-tour sur l'Afrique du Sud. Il n'y a pas eu d'incidents.
© © AFP/Grégoire Pourtier

Une nouvelle session du Parlement malgache débute lundi 23 janvier, deux jours après que Marc Ravalomanana a été empêché de rentrer d’exil, son avion ayant été interdit de se poser à Antananarivo. Elle doit reprendre l'examen d'une loi sur la commission électorale indépendante. Mais suite à l'épisode de samedi, la mouvance de l’ancien président a annoncé la suspension de sa participation aux institutions de transition.

Marc Ravalomanana est toujours en Afrique du Sud, et ses proches ont annoncé qu’ils suspendaient leur participation aux institutions, fragilisant ainsi le caractère inclusif de la transition.

Le prochain Conseil des ministres sera donc réduit, et il s’annonce houleux, le chef du gouvernement de consensus, Jean Omer Beriziky s’étant désolidarisé de la manière dont le président Rajoelina a traité le retour de l’ancien chef d’Etat.

Il faut qu'on discute, qu'on se dise ce qu'on n'aime pas et qu'on accepte la décision finale

Ange Andrianarisoa , secrétaire général-adjoint de l'Arema, (mouvance Ratsiraka), non signataire de la «feuille de route»
23-01-2012 - Par Boniface Vignon

Et dès ce lundi, l’ouverture de la session parlementaire extraordinaire va donner une idée du rapport de force, puisque le président du Congrès n’est autre que le bras droit de Ravalomanana, Mamy Rakotoarivelo.

Dimanche soir, ce dernier confirmait que sa mouvance serait donc absente, mais que lui irait bien au front, au palais de Tsimbazaza, sans doute pour y refuser de faire son discours d’ouverture.

Comment vont alors réagir les autres parlementaires ?

L’autre mouvance d’opposition participant au processus, celle d’Albert Zafy, n’est pas représentée. Mais quelle sera la position adoptée par ceux qui n’appartiennent pas au groupe dominant des pro-Rajoelina ?

La transition est à la croisée des chemins, la feuille de route précisant bien que, de la présidence au Parlement en passant par le gouvernement, les institutions ne peuvent être remises en cause.

L’ambiguïté sur le sort de Marc Ravalomanana, condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité pour la mort de manifestants en 2009, a toujours été le point faible de l’accord. Il risque de le faire exploser en vol.

Marc Ravalomanana avait effectué une première tentative de retour en février 2011 mais il s'était vu refuser l'embarquement par la compagnie aérienne, invoquant un ordre de l'autorité de l'aviation civile malgache le déclarant persona non grata à Madagascar.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.