Côte d’Ivoire : le premier corps d'une victime de la crise post-électorale exhumé par la justice

Simplice Koffi Kouadio, le procureur de la République d’Abidjan lors d'une conférence de presse le 1er juillet 2011.
© AFP / SIA KAMBOU

La justice ivoirienne a exhumé hier, mercredi 25 janvier 2012, un corps dans un quartier d’Abidjan. Une exhumation qui a été faite dans le cadre d'une enquête sur plusieurs fosses communes pouvant contenir des victimes des violences de la crise post-électorale de 2010-2011. Cette fosse se trouve dans la commune de Yopougon. Et sa découverte par la justice ivoirienne date de plusieurs mois.

Dans le quartier Doukouré, non loin du commissariat du 16ème arrondissement de Yopougon, une place entourée d’habitations modestes, une fosse commune contenant environ 30 corps, quelques tombes sommaires alignées à côté de la fosse commune. Les habitants du quartier vivent à côté depuis neuf mois. L’exhumation est faite pour des raisons d’enquête. C’est le début avant de s’intéresser à d’autres fosses communes, dit le procureur de la République d’Abidjan, Simplice Koffi Kouadio.

« Ce n’est pas le seul endroit qui nous a été signalé. Il y a divers endroits à Yopougon. Il fallait être prêt. Et c’est maintenant que nous avons réuni les moyens nécessaires pour procéder à toutes ces exhumations ».

Autour de la place, se pressent plusieurs habitants du quartier, dont une femme qui dit que le corps exhumé est celui de son mari. «…Mon mari, c’était un musulman, ça fait mal, ça fait mal ».

Cette exhumation ravive des souvenirs douloureux chez ceux qui ont perdu un frère, un mari ou tout simplement un ami. « La réconciliation d’abord, c’est de déterrer les corps (…). On ne peut jamais pardonner...Ce qui s’est passé dans l’année 2011, on ne veut jamais que cela se répète encore ».

Selon les témoignages recueillis dans le quartier Doucouré, les personnes enterrées dans la fosse commune ont été tuées par des milices pro-Gbagbo au lendemain de sa chute en avril dernier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.