Sommet de l'Union africaine : hommage au «printemps arabe» et appel au respect des droits des homosexuels

Les chefs d'Etat africains au 18ème sommet de l'Union africaine en compagnie de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, le 29 janvier 2012.
© REUTERS/Noor Khamis

Le 18ème sommet des dirigeants de l'Union africaine s'est ouvert ce dimanche 29 janvier à Addis-Abeba, en Ethiopie. L'Union africaine a élu son nouveau président : le chef de l'Etat du Bénin, Thomas Boni Yayi. Plusieurs personnalités ont déjà pris la parole à la tribune. Parmi elles, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui a défendu les droits des homosexuels sur le continent ; et le nouveau président tunisien Moncef Marzouki, qui faisant éloge du « printemps arabe » a mis en garde « tous les régimes dictatoriaux ».

Avec notre envoyé spécial à Addis-Abeba,

Sur la forme, comme sur le fond, le nouveau président tunisien s’est distingué. Vêtu d’une simple veste, sans cravate, Moncef Marzouki s’est fait en arabe, en français et en anglais l’avocat des printemps arabes. « Notre révolution a envoyé un message », a-t-il déclaré. « Les révolutions vont balayer tous les régimes dictatoriaux, rien ne pourra arrêter les peuples qui décident de rompre les chaînes », a prévenu Moncef Marzouki.

La Tunisie veut jouer un rôle actif dans la constitution ou dans la renaissance du Maghreb. La Tunisie va faire tout son possible pour trouver une solution au douloureux problème sahraoui et la Tunisie va faire tout son possible pour que cette anomalie majeure qu'un grand pays comme le Maroc n'est pas sa place dans la famille commune, que cette anomalie majeure soit corrigée et que nous ayons un jour nos amis Marocains dans cette place.

Moncef Marzouki, président tunisien
29-01-2012 - Par Jean-Karim Fall

Un tabou a été brisé lors de cette cérémonie d’ouverture. Pour la première fois à la tribune de l’Union africaine, l’homosexualité africaine a été publiquement évoquée. Le secrétaire des Nations unies a lancé un appel à la fin des discriminations homosexuelles en Afrique, une allusion à peine voilée aux législations homophobes en Ouganda et au Cameroun. 

Laissez-moi vous parler d'une forme de discrimination qui a été ignorée et même sanctionnée par beaucoup de pays depuis trop longtemps : la discrimination fondée sur l'orientation ou l'identité sexuelle. Cela a poussé certains gouvernements à traiter les gens comme des citoyens de seconde zone, ou même des criminels.

Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies appelle au respect des droits des homosexuels
29-01-2012 - Par Jean-Karim Fall

Et alors que ce sommet est officiellement consacré au renforcement du commerce entre les Etats d’Afrique, Ban Ki-moon a aussi rappelé que le futur du continent dépend également du développement des droits de l’homme. Le Premier ministre libyen s’est également exprimé pour signifier que la Libye nouvelle avait définitivement tourné la page du colonel Kadhafi le roi des rois d’Afrique. 

A l’issue de cette cérémonie, l’Equato-Guinéen Obiang Nguema a cédé le marteau de président de séance à son homologue béninois Boni Yayi qui va présider l’organisation pendant un an.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.