Au Nigeria, arrestation du porte-parole présumé de la secte Boko Haram

Une série d’attaques avait fait 185 morts à Kano, le 20 janvier 2012. Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué les attentats.
© Reuters/Stringer

Au Nigeria, un membre de Boko Haram a été arrêté mercredi soir 1er février 2012 et il pourrait s'agir du porte-parole de la secte islamiste qui avait revendiqué de nombreux attentats meurtriers, un dénommé Abdul Qaqa. Des sources sécuritaires indiquent que l'identification de l'homme est en cours.

Abdul Qaqa ou pas, les informations émanant des autorités nigériannes sont confuses.

Plusieurs membres des services de renseignement assurent, sous couvert de l’anonymat, avoir arrêté un des principaux porte-parole de la secte islamiste Boko Haram. Pour certaines personnes interrogées par RFI, le porte-parole présumé de Boko Haram aurait été pris mercredi dans la ville de Kaduna. Pour d’autres, il aurait été intercepté au cours d’un raid à Maiduguri, là où se trouve le fief du mouvement, tandis que d’autres sources indiquent être actuellement en train de vérifier l’identité exacte du présumé porte-parole.

Il faut dire que le dénommé Abdul Qaqa n’est jamais apparu en public, en tous les cas pas sous cette identité. Depuis quatre mois c’est lui qui a porté le message du groupe fondamentaliste auprès des journalistes lors de conférences téléphoniques.

Le gouvernement sous pression

Alors, effet d’annonce des autorités nigérianes ou prudence de rigueur ? Depuis les attaques conjuguées de Kano qui ont fait au moins 185 morts le 20 janvier dernier, le gouvernement est sous pression. Les populations l’accusent d’être incapable de garantir la sécurité dans le pays.

Dans le même temps, il va de soi que garder le secret sur une arrestation est un moyen d’extorquer un maximum d’informations pour déjouer d’éventuelles attaques à venir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.