France: visite guidée au coeur du «petit Versailles» de Téodorin Obiang

La façade de l'hôtel particulier de la famille Obiang, avenue Foch à Paris, le 14 février 2012.
© AFP/ ERIC FEFERBERG

La justice française a poursuivi hier, mardi 21 février, la perquisition et la saisie de biens dans l’hôtel particulier parisien de Téodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale. Une saisie entamée la semaine dernière dans le cadre de l’affaire dite des « biens mal acquis ». Situé sur la prestigieuse avenue Foch dans le XVIe arrondissement de Paris, quartier huppé de la capitale, cet immeuble d’une superficie de 5 000 mètres carrés regorge d’objets de valeur, dont une horloge évaluée à trois millions d’euros. Visite guidée par un antiquaire parisien qui connaît bien ce lieu.

Nous l'appellerons « Philippe » : il tient plus que tout à garder l'anonymat. Car, dans le monde feutré des antiquaires de prestige, on a pour tradition de ne jamais parler de ses clients.

Philippe connaît bien l'hôtel particulier de Téodorin Obiang, avenue Foch, car il a participé à meubler ce gigantesque palais de 5 000 mètres carrés situé à quelques pas de la place de l'Etoile. Un hôtel particulier hors norme, un endroit extravagant, avec des ascenseurs à chaque palier, des salles de bains gigantesques en marbre blanc, sans oublier les écrans de télé aux murs et aux plafonds.

Mais au-delà de cette démesure, le pied-à-terre parisien de Téodorin Obiang a une singularité. Il a été entièrement meublé par l'un des plus grands noms de la décoration, avec pour thématique, l'univers du 18e siècle. Et pour ce faire, les plus grands antiquaires parisiens ont été sollicités pour fournir les plus belles pendules, les plus belles tentures, les plus beaux bureaux représentatifs de cette période.

Et au final, un hôtel particulier meublé comme un petit Versailles, avec des meubles rares marquetés et laqués, tous signés par les plus grands ébénistes français du siècle des Lumières. «Téodorin Obiang est un collectionneur averti », souligne Philippe, certain d'une chose : au fil du temps, la valeur de sa collection exceptionnelle n'a pu que croître.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.