Les autorités nigérianes reconnaissent les liens de Boko Haram avec Aqmi

Une série d’attaques avait fait 185 morts à Kano, le 20 janvier 2012. Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué les attentats.
© Reuters/Stringer

Pour la première fois, les autorités nigérianes ont confirmé les liens du groupe radical islamiste Boko Haram avec al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La déclaration émane d’un haut responsable nigérian le jeudi 23 février 2012. Il affirme avoir des preuves de liens entre les deux organisations.

Cela fait déjà plusieurs mois que de nombreux observateurs évoquaient l’existence de lien entre Boko Haram et al-Qaïda au Maghreb islamique. Mais les autorités nigérianes n’en disaient mot.

Ce jeudi, le chef d’Etat major de l’aviation nigériane a finalement établi cette connexion. « Nous avons eu la preuve des liens entre la secte Boko Haram et l’entraînement et le soutien prodigués par Aqmi », a déclaré le général Oluseyi Petinrin lors d’une réunion des responsables de la sécurité des pays membres de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest). Il n’a pas précisé sur quelles informations reposées son assertion mais l’arrestation, il y a quinze jours, de deux hauts dignitaires de la secte n’y est sans doute pas étrangère.

En février 2011, Abdelmalek Droukdel, l’un des leaders d’Aqmi avait lancé un appel sur internet aux musulmans du Nigeria en leur offrant ses services. Depuis, des sources onusiennes et sécuritaires régionales estiment que les armes descendent au sud tandis que les Nigérians remontent vers le Sahara pour se former aux pratiques jihadistes.

Alors, faut-il imaginer que Boko Haram soit devenu une succursale d’Aqmi au Nigeria ? Les spécialistes sont septiques. Non seulement, le salafisme du groupe nigérian ne renvoie pas directement au wahhabisme d’Aqmi. Mais, de plus, le mouvement fondamentaliste possède un encrage local très fort que ce soit dans son mode financement ou dans le choix de ses cibles.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.