«Le chef de l'Etat, Mohamed Ould Abdel Aziz,doit partir!»


©

De retour d'une tournée dans les villes de la vallée du fleuve Sénégal, au sud de la Mauritanie, les présidents des 10 partis membres de la Coordination de l'opposition démocratique, ont tenu le 25 février 2012 une conférence de presse à Nouakchott. La conférence a pris le ton d'une diatribe contre le chef de l'État actuel, Mohamed Ould Abdel Aziz, [élu en juillet 2009, NDLR].

À consulter :

Mauritanie: accord entre pouvoir et opposition pour des réformes constitutionnelles.  Article RFI 20/10/2011.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.