Algérie: l'attentat de Tamanrasset revendiqué par un groupe jihadiste


©

L'attentat perpétré ce samedi en Algérie à Tamanrasset, dans l'extrême sud du pays, a été revendiqué par le mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest, un groupe islamiste lié à al-Qaïda. C'est ce même groupe qui avait enlevé deux Espagnols et une Italienne à la fin de l'année dernière. A Tamanrasset, un homme s'est fait exploser contre le siège de la gendarmerie de la ville abritant le centre d'état-major coinjoint crée par cinq pays pour lutter contre le terrorisme au Sahel. Au moins 23 personnes ont été blessés et le kamikaze est mort dans l'explosion.

Moins de trois mois après sa création, le Mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l'Ouest, signe son premier attentat, et pas n’importe où. A Tamanrasset, dans le Sud Algérien, à un endroit où jamais un attentat à l'explosif n’a été commis.

C’est également la première fois que des katibas sahéliennes, c’est à dire des unités combattantes d’islamistes armés installées dans le Sahel, remontent en Algérie pour commettre un attentat.

Les membres du groupe ont pour chef un ressortissant mauritanien, et parmi les combattants figurent de nombreux ressortissants de l’Afrique subsaharienne . Leur idéologie se réfère à feu Oussama ben Laden, au mollah Omar, chef des talibans en Afganistan et à des figures historique de l’islam en Afrique de l’Ouest.

Trois otages espagnols et italiens sont aux mains du même groupe. C’est une source d’inquiétude et c’est pourquoi, après Alger, le ministre espagnol des Affaires étrangères vient de terminer un séjour à Bamako, pour parler du sort des otages.

Information de dernière minutes, les ravisseurs de ces trois otages exigeraient la bagatelle de 30 millions d’euros pour les libérer.