Conflit malien: le ministre burkinabè des Affaires étrangères rencontre le président du Mali


©

Après une visite en Algérie, le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibril Bassolé, était ce lundi 5 mars 2012 au Mali. Il a été reçu par le président Amadou Toumani Touré. Au centre des discussions, le conflit dans le nord du pays, qui inquiète tous les États de la région. Djibril Bassolé juge impératif d'obtenir un cessez-le-feu et propose un agenda de sortie de crise qui devrait permettre la tenue de l'élection présidentielle malienne, le 29 avril prochain, et éviter les risques d'un vide constitutionnel.

Beaucoup d'acteurs régionaux ou internationaux interviennent dans le conflit entre les rebelles du Mouvement de libération nationale de l'Azawad et les autorités de Bamako. Le ministre des Affaires étrangères burkinabè estime que l'enjeu de la paix et la stabilité en vaut la peine : « Il n'y a pas d'initiative parallèle. Toutes les initiatives doivent converger (...) d'où la nécessité de se concerter très régulièrement ».

Tous les pays de la bande sahélo-saharienne n'ont qu'une seule envie c'est que la guerre s'arrête, ne serait-ce que pour des besoins humanitaires
Djibril Bassolé, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso
10-10-2013 - Par Ghislaine Dupont

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.