Cameroun: nouveau massacre d'éléphants


©

Les braconniers ont abattu, ce lundi 5 mars, dix éléphants, et ce, malgré la présence du BIR (Bataillon d'intervention rapide, un corps d’élite de l’armée camerounaise) dans le parc de Bouba Ndjida, situé dans le nord du Cameroun. Depuis un mois et demi, ce parc est l'objet d'un braconnage massif d'éléphants pour leurs défenses en ivoire. La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore (CITES) a dénombré 450 éléphants tués dans le parc national de Bouba Ndjida.

Les braconniers, qui opèrent à cheval, ont affronté à plusieurs reprises les militaires camerounais faisant, de sources concordantes, au moins un mort et un blessé. En revanche, on ignore si les cavaliers ont été appréhendés.

Depuis le début de leurs chasses clandestines, mi-janvier 2012, ces hommes qui viendraient du Tchad et du Soudan, effectuent leurs raids par petits groupes, grâce à une bonne connaissance du terrain. Jusqu’ici, ils ne s’étaient pas montrés agressifs avec ceux qui les ont croisés, leur seul objectif étant d’abattre les éléphants pour leurs précieuses défenses.

Ils seraient armés de mitraillettes et disposeraient de mortier. On sait désormais qu’ils ne craignent pas la présence de l’armée déployée à Bouba Ndjida depuis une semaine. Le gouvernement, lors d’une conférence de presse, lundi, à Yaoundé, a assuré que la situation était sous contrôle.

Selon les autorités,128 éléphants ont été tués.Un chiffre largement minimisé. Plusieurs témoignages indiquent le chiffre d'au moins 250 pachydermes massacrés. 450 selon les experts de la CITES.