Republier
Mali

Une équipe du CICR au nord du Mali pour évaluer la situation à Tessalit

Au Mali, les rebelles touaregs occupent le camp militaire de Tessalit depuis le dimanche 11 mars au matin.
© Latifa Mouaoued/RFI

Au Mali, depuis le dimanche 11 mars au matin, les rebelles touaregs occupent le camp militaire de Tessalit, du nom de cette localité située près de la frontière algérienne. Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) affirme qu'il y a eu des victimes et dit avoir fait plusieurs prisonniers lors de la prise de ce camp. L'armée malienne parle, elle, de retrait stratégique et assure qu'il n'y a pas eu de combat. Deux versions contradictoires, mais ce qui est sûr c'est que les militaires ont quitté le camp après avoir été encerclés pendant plusieurs semaines. Ce lundi soir, une équipe du Comité international de la Croix-Rouge vient d'arriver sur place pour une évaluation.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est depuis ce lundi soir à Tessalit. On devrait donc savoir dans les prochaines heures s'il y a des blessés dans le camp, des prisonniers, et combien de familles doivent être évacuées. On parle de civils qui résidaient dans le camp. Le CICR avait tenté de venir les chercher la semaine dernière, mais les deux parties, l'armée et le MNLA, n'avaient pas offert les garanties suffisantes de sécurité aux équipes.

Le MNLA assurait hier soir détenir une quarantaine de prisonniers et vouloir remettre aux humanitaires une quarantaine de familles. Les autorités assuraient hier également que les civils et les militaires avaient pu quitter le camp sans être interceptés par les rebelles. Deux versions contradictoires que la mission du CICR devrait permettre de clarifier.

Ce qui est sûr, c'est que les militaires maliens ont quitté le camp, fragilisés, après avoir été encerclés depuis plusieurs semaines par les rebelles. Le MNLA n'a pas relâché la pression sur Tessalit car l'endroit, il faut le rappeler, est stratégique.

La localité est en effet la dernière ville malienne avant la frontière algérienne. A Tessalit, il y a une piste d'atterrissage, seule piste goudronnée de la région de Kidal, capable d'accueillir des hélicoptères mais aussi des cargos, des gros porteurs donc. Tessalit était aussi le plus gros camp militaire au nord de Kidal ; le récupérer était donc capital pour le MNLA.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.