Forum mondial de l'eau : le difficile partage des ressources face aux besoins agricoles - Afrique - RFI

 

  1. 21:10 TU Accents d'Europe
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Danse des mots
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Autour de la question
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Autour de la question
  10. 21:10 TU Si loin si proche
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Si loin si proche
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Atelier des médias
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:10 TU Radio foot internationale
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Radio foot internationale
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  8. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Eau Guinée Questions sociales

Forum mondial de l'eau : le difficile partage des ressources face aux besoins agricoles

media

Près de 250 ateliers du forum mondial de l'eau à Marseille planchent actuellement sur les solutions à apporter dans la gestion de la principale ressource de la planète. Une ressource à partager. Pour faire face au défi alimentaire, certains États ont besoin de développer leur agriculture, comme la Guinée. Le gouvernement guinéen a décidé de faire de l'agriculture sa priorité pour 2012-2013. Cette décision venant d'un pays, considéré comme le château d'eau de l'Afrique de l'Ouest, demande de nouvelles concertations avec les États voisins  sur le partage des eaux des fleuves.

De notre envoyé spécial à Marseille,

L’eau, une ressource rare à préserver, une ressource dont sont encore privés nombre d’Africains. Et pourtant, en Guinée, l’eau est gaspillée.  « L’eau ne pose pas tellement de problèmes dans notre capitale, fait remarquer Sékou Resco Camara, gouverneur de la ville, la Guinée est le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest. Je pense que le problème, c’est d’économiser le gaspillage d’eau ».

L’Etat guinéen, dans le code des collectivités, a concédé l’eau comme compétence aux communes. Qu’est-ce qui a vraiment changé pour le consommateur guinéen ?   « Aujourd’hui, le citoyen à Kindia comprend au moins le fonctionnement des structures de l’eau et aujourd’hui, la qualité de l’eau est donnée à la radio locale chaque soir, explique Mamadou Dramé, maire de la ville, située à 135km au nord-est de Conakry, grâce au dialogue avec les populations, nous avons des cours d’eau qui sont très bien respectés et nous avons des bornes fontaines aujourd’hui qui sont colorées, c’est-à-dire que nous colorons la partie utile ».

Mais la relance du secteur agricole guinéen risque de perturber tous les pays voisins.  « Tous les grands fleuves de la sous-région, le Sénégal, le Niger, la Gambie, prennent leur source en Guinée. Avec la politique d’investissement massif dans le domaine agricole, enfin la Guinée va comme les autres pays utiliser l’eau du Niger, du Sénégal pour faire l’irrigation, pour faire les cultures de contre saison, indique Lamine Kondé, directeur de la coopération à la ville de Conakry, dans le futur, ça risque de poser des problèmes. C’est maintenant à nos Etats de se pencher sur tous ces problèmes, mais ça va être gérable, c’est sûr ! »

L’eau deviendra vite un enjeu dans cette région qui pourtant n’en manque pas.

Le gouvernement guinéen, qui veut faire de l'agriculture sa première priorité en matière de développement, avant le secteur minier, a lancé la deuxième campagne agricole 2012-2013. Quatorze centres agricoles pilotes devraient être créés pour encadrer cette campagne.

Le forum mondial de l'eau se tient à Marseille du 12 au 17 mars 2012.
 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.