RDC : Thomas Lubanga premier coupable de la CPI pour crimes de guerre - Afrique - RFI

 

  1. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Autour de la question
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Autour de la question
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Radio foot internationale
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Radio foot internationale
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU Sessions d'information
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU Accents d'Europe
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Décryptage
  17. 18:30 TU Journal
  18. 18:33 TU Sessions d'information
  19. 18:40 TU Débat du jour
  20. 19:00 TU Journal
  21. 19:10 TU Grand reportage
  22. 19:30 TU Journal
  23. 19:40 TU Sessions d'information
  24. 20:00 TU Journal
  25. 20:10 TU La bande passante
  1. 14:33 TU Autour de la question
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Radio foot internationale
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Radio foot internationale
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Couleurs tropicales
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Couleurs tropicales
  10. 17:00 TU Journal
  11. 17:10 TU Sessions d'information
  12. 17:30 TU Journal
  13. 17:33 TU Sessions d'information
  14. 17:40 TU Accents d'Europe
  15. 18:00 TU Journal
  16. 18:10 TU Grand reportage
  17. 18:30 TU Sessions d'information
  18. 19:00 TU Journal
  19. 19:10 TU Décryptage
  20. 19:30 TU Journal
  21. 19:40 TU Débat du jour
  22. 20:00 TU Journal
  23. 20:10 TU La bande passante
  24. 20:30 TU Journal
  25. 20:33 TU La bande passante
Urgent

Le président américain Barack Obama a accepté la démission de son secrétaire à la Défense Chuck Hagel. Le New York Times, citant de hauts responsables, affirme que cette rupture s’est faite au sujet de différends sur la stratégie à adopter contre le groupe Etat islamique. Les deux hommes en discutaient depuis deux semaines et le président américain aurait décidé vendredi de se séparer de Chuck Hagel, âgé de 68 ans, seul membre républicain de son cabinet, selon le quotidien américain.

Dernières infos

fermer

Afrique

Justice internationale RDC

RDC : Thomas Lubanga premier coupable de la CPI pour crimes de guerre

media

Thomas Lubanga a été déclaré le 14 mars coupable de crimes de guerre pour avoir enrôlé des enfants soldats en 2002-2003 pendant la guerre civile en Ituri, dans le nord-est du pays. C'est le premier jugement rendu  par la CPI, Cour pénale internationale, en dix ans d'existence. L'ancien chef de la milice UPC, Union des pariotes congolais, dont le procès s'était ouvert en janvier 2009, encourt 30 ans de prison. Sa peine sera prononcée dans quelques semaines. Thomas Lubanga peut faire appel.

C'est un jugement en deux temps. D'abord, la culpabilité. Le fondateur de l'UPC n'a pas bronché hier quand les juges l'ont déclaré coupable d'avoir recruté et utilisé des enfants de moins de 15 ans dans sa milice. Thomas Lubanga portait un boubou et un calot blancs. L'ancien chef milicien a juste adressé un petit sourire à son épouse, assise au premier rang de la galerie du public, pas très loin de l'actrice américaine Angelina Jolie, qui, elle, soutient le travail du procureur de la CPI.

Reste à définir maintenant une peine. Les juges se prononceront d'ici quelques semaines, après consultation des parties. A la CPI, la peine maximale encourue est de 30 ans de prison, ou la perpétuité en cas de circonstances aggravantes.

Parallèlement, Thomas Lubanga peut encore bien sûr faire appel de sa condamnation. Il aura un mois pour se décider dès qu'il aura reçu son jugement en version française. Les 700 pages en anglais sont encore en cours de traduction.

Si sa condamnation est confirmée en appel, six pays sont prêts à l'accueillir : l'Autriche, la Belgique, la Finlande, le Royaume-Uni, la Serbie et le Mali, pays qui ont signé des accords avec la CPI pour héberger les condamnés de la Cour.

Critique de l'enquête

Outre la culpabilité reconnue de Thomas Lubanga, ce qui ressort du jugement c'est également une forme de critique à l'égard du procureur. Les juges de la CPI ne ménagent pas l'accusation dans leur verdict. En cause notamment : les intermédiaires locaux dont s'est servi le bureau du procureur Luis Moreno Ocampo, et son équipe pour enquêter en RDC. Les juges estiment qu'ils ont travaillé sans réel contrôle, et qu'ils ont du coup pu influencer, voire manipuler des témoins, et les aider à fabriquer de faux témoignages.

Résultat : les dépositions des neuf enfants soldats venus témoigner à La Haye pour l'accusation ont été écartées. Les juges doutent de leur fiabilité. Voilà qui fait mauvais effet. Toutefois, cela ne les a pas empêchés de prononcer la culpabilité de Thomas Lubanga.

Il faut dire qu'en quelque 200 jours d'audiences, le procureur et son équipe ont présenté aux juges bien d'autres éléments. Des témoignages comme ceux d'anciens commandants et officiels de la milice UPC fondée par Thomas Lubanga, ceux d'experts indépendants, une myriade de rapports, produits par l'ONU et d'autres, et des vidéos qui montrent l'accusé avec des enfants soldats.

Bref, des documents qui prouvent que l'UPC a enrôlé des enfants de moins de 15 ans pour combattre en Ituri. Beaucoup ont aussi été utilisés comme garde du corps, y compris par Thomas Lubanga.

« Les éléments de preuve démontrent que dans les camps militaires les enfants suivaient des régimes de formation très durs et subissaient des châtiments sévères », affirment les juges. Et de conclure : non content de diriger la milice, le chef de l'UPC a lui même participé activement au recrutement de ces enfants soldats.

Réactions contrastées

Avant de dire s'ils feront appel, les avocats de Thomas Lubanga attendent de lire le jugement dans son intégralité. En attendant, son avocate, Maître Mabille, dit qu'elle aurait certes préféré un acquittement, mais se félicite que ce jugement critique le travail d'enquête du procureur.

La chambre a commencé par stigmatiser la façon dont le procureur a mené ses enquêtes, disant qu'il n'a pas contrôlé ses intermédiaires, chargés de trouver des témoins sur place. Le témoignage d'un certain nombre de ces enfants soldats a été invalidé après enquête (...) Il faut en tirer les leçons sur les méthodes d'enquête du bureau du procureur.
Maître Mabille Avocate de Thomas Lubanga 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter

Face aux critiques des juges, le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, a annoncé qu'il donnerait une conférence de presse ce 15 mars. Il s'est refusé à tout commentaire avant ce rendez-vous.
 

Pour la première fois, les victimes de Thomas Lubanga, -129 au total-, étaient représentées à La Haye par leurs propres avocats dans un cadre de justice internationale. Maître Luc Walleyn, l'un de ces défenseurs, parle d'un soulagement car les victimes attendaient cette décision depuis six ans.

Le travail du procureur a été critiqué, mais cela ne fait que renforcer le jugement puisqu'il a été rendu sur des preuves absolument incontestables.
Maître Luc Walleyn L'un des avocats des victimes de Thomas Lubanga 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter

 

Alors que les autorités de Kinshasa se félicitent et appellent à une sanction «exemplaire» contre l'ancien chef de milice, d'autres estiment qu'il ne devrait pas être le seul à être condamné. Des Kinois veulent que ses commanditaires soient aussi jugés. Le ministre de la Justice, lui, se félicite de sa coopération avec la CPI, bottant en touche sur la question de Bosco Ntaganda.

Réactions à Kinshasa Reportage 11/10/2013 - par Kamanda Wa Kamanda écouter

Maître Mitterrand Bosa, secrétaire exécutif de l'ONG Justice Plus, à Bunia, estime que ce jugement de la CPI est un pas dans la lutte contre l'impunité. Il attend cependant que d'autres condamnations soient prononcées contre tous les chefs de guerre congolais. Il explique quelle a été la réaction de la population à Bunia après l'annonce de la condamnation de Thomas Lubanga.

Les gens se sont intéressés à ce procès à Bunia, même s'ils se sont un peu lassés du fait de sa durée. Certains dans la population estiment que la CPI n'a rien à dire sur l'utilisation des enfants dans les groupes armés car "ce sont leurs enfants".
Maître Mitterrand Bosa Secrétaire exécutif de l'ONG Justice Plus, à Bunia 11/10/2013 - par Cyril Bensimon écouter

De son côté, Human Rights Watch, réclame aussi l'arrestation du co-accusé de Thomas Lubanga. Bosco Ntaganda, ancien numéro 2 de l'UPC, est désormais général dans l'armée congolaise, malgré le mandat d'arrêt émis en 2006 contre lui par la CPI. Géraldine Mattioli, spécialiste de la justice internationale à HRW, se félicite, malgré cela, du jugement rendu hier par la CPI.

L'impunité pour ces crimes ne sera plus tolérée. Nous demandons d'ailleurs que les poursuites soient relancées notamment à l'encontre de Bosco Ntaganda, accusé des mêmes crimes que Lubanga. Le jugement de culpabilité rendu contre Lubanga précise l'urgence qu'il y a à amener Ntaganda devant la Cour.
Géraldine Mattioli Spécialiste de la justice internationale à Human Rights Watch 11/10/2013 - par Nathalie Amar écouter

Les Nations unies , l'Union européenne , les Etats Unis , la France , notamment, ont salué la condamnation de Thomas Lubanga.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.