Affaire du fils du président équato-guinéen: l'avocat dénonce une «pantalonnade»


©

La perquisition rocambolesque dans l’hôtel particulier du fils du président équato-guinéen, Teodorin Nguema Obiang Mangue, avenue Foch à Paris, avait mobilisé plusieurs policiers de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière. Ce jeudi 15 mars, les avocats de la Guinée Equatoriale sont montés au créneau au cours d'une conférence de presse organisée à Paris. L'avocat du fils du président Obiang, également ministre de l'Agriculture et des forêts dénonce un dossier vide, une procédure tronquée et parle de « pantalonnade ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.