RDC : Bosco Ntaganda, accusé des mêmes crimes que Thomas Lubanga, dans le collimateur de la CPI

Le général Bosco Ntaganda, en janvier 2009.
© AFP

Le procureur de la CPI a indiqué qu'il demanderait une peine proche du maximum contre l'ancien chef milicien congolais Thomas Lubanga. Luis Moreno Ocampo veut maintenant obtenir l'arrestation de son coaccusé dans la guerre civile en Ituri, Bosco Ntaganda, aujourd'hui général dans l'armée de la République démocratique du Congo. Le procureur de la Cour  l'a annoncé le 15 mars lors d'une conférence de presse à La Haye. Bosco Ntaganda fait déjà l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI depuis 2006.

Il joue au tennis au bord du lac Kivu, et dîne dans les meilleurs restaurants de Goma. Bosco Ntaganda a intégré l'armée congolaise il y a trois ans au rang de général.

Pourtant, en 2006, il a fait l'objet du même mandat d'arrêt que Thomas Lubanga. En Ituri, quelques années plus tôt, Bosco Ntaganda était l'adjoint de Thomas Lubanga à la tête de la milice UPC. « Les deux hommes étaient toujours ensemble », se souviennent des témoins.

La justice a rattrapé Thomas Lubanga qui vient d'être déclaré coupable, mais la Cour pénale internationale attend toujours que les autorités congolaises livrent son coaccusé.

« Il est temps de l'arrêter », soulignait hier le procureur de la Cour. D'après ses collaborateurs, Luis Moreno Ocampo compte se rendre lui même à Kinshasa d'ici la fin de son mandat en juin pour exiger l'arrestation de Bosco Ntaganda.

Le procureur de la CPI annonce aussi qu'il va demander qu'un deuxième mandat d'arrêt soit délivré contre Bosco Ntaganda. Après huit ans d'enquête sur la RDC, il pense disposer maintenant assez d'éléments pour le poursuivre aussi pour meurtre et pour viol.

Voilà qui permettrait de colmater une faille du procès Lubanga. Il a beaucoup été reproché au procureur Luis Moreno Ocampo de s'être contenté de poursuites pour enrôlement d'enfants alors que la milice de Thomas Lubanga et de Bosco Ntaganda est accusée de massacres en Ituri.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.