Le chef religieux mouride Cheikh Bethio réitère son appel à voter Wade à la présidentielle


©

La place de l’Obélisque à Dakar a connu ce samedi 17 mars 2012 une affluence exceptionnelle avec un rassemblement organisé par une influente personnalité de la confrérie mouride, Cheikh Bethio Thioune. Son message : « votez » pour le président sortant Abdoulaye Wade.  En revanche, à l'Université Cheikh Anta Diop en grève, la campagne électorale, bien que très suivie, reste source de morosité : aucun candidat de la présidentielle ne semble s'intéresser aux revendications des étudiants.

Beaucoup de ses disciples étaient armés de gourdins, des voix s’élèvent pour demander que personne ne soit au dessus de la loi
10-10-2013 - Par Laurent Correau

Dès la fin de l’après-midi, les talibés, les disciples de Cheikh Bethio Thioune ont envahi les rues de Dakar pour marcher jusque la place de l’Obélisque. Des talibés décidés à suivre la consigne de vote lancée par leur guide en faveur d’Abdoulaye Wade : « Regarde ! Toute cette marée humaine-là, en délire à cause de Cheikh qui nous a tout donné ! s'enflamme l'un des participants à la réunion, et regardez là, aujourd'hui, il ne nous demande que notre carte d'électeur pour pouvoir voter pour le président ! C'est à coeur joie que nous allons nous y livrer !»

A la place de l’Obélisque, c’est une véritable scène de concert rock qui a été installée avec éclairage et sonorisation. Le cheikh s’installe au devant, dans un fauteuil et en contemplant la foule de ses disciples, se dit confiant dans la victoire :

« Nous serons toujours la majorité ! Ça signifie quoi ? Que le président Abdoulaye Wade sera président de la république du Sénégal tant que nous le voudrons parce que tel est le désir du Seigneur ! »

Cheikh Bethio lance également un appel au chanteur Youssou N'Dour, qui au même moment participait à un meeting de Macky Sall, en Casamance, dans le sud du pays.

« Je lui demande de procéder à un nouvel examen de conscience pour venir avec moi, qui suis son guide, dans le même sens, de réélire le président Abdoulaye Wade ! »

Après les discours, la réunion prend des allures de concert. Pendant les chants, certains disciples brandissent au-dessus de leur tête leur carte d’électeur, comme pour mieux réaffirmer leur obéissance à la consigne.

A l'Université de Cheikh Anta Diop, à Dakar
10-10-2013 - Par Bineta Diagne

 

Il règne un air de vacances au Pavillon A du campus universitaire. En raison des grèves des enseignants, il n’y pas eu cours depuis le 7 décembre 2011.

Pour tuer le temps, on partage du thé, on discute politique et on a la vague impression que l’avenir de l’université est suspendu aux décisions électorales de chaque candidat.« C'est à cause des élections que l'on est dans cette situation, se plaint Ibrahima Touré, notre président-là, il n'a pas le temps de penser aux étudiants. Il est en train de chercher tous les moyens pour se faire réélire. Après, il va essayer de voir s'il va règler le problème des étudiants... »

Dans les chambres universitaires, on spécule sur l’issue du scrutin. Malgré tout, le moral est au plus bas. Car beaucoup redoutent qu’on décrète une année blanche à cause des grèves. Abachi Assed vient des Comores : « Ça préoccupe énormément les étudiants ! Mes parents investissent pour mes études. Je suis là. Je ne fais rien. Ça fait presque 4 mois. Ça m'inquiète beaucoup qu'il y ait une année blanche ».

Devant une salle d’amphithéâtre vétuste et poussiéreuse, Malick Cissé, un étudiant en droit, nous dit son envie de voir les politiques améliorer les conditions d’études du cycle supérieur : « Normalement, la capacité d'accueil de l'université est de 25 000 étudiants. Actuellement, on est à presque 50 000, 60 000 étudiants. Il faudra adopter une politique visant à désengorger l'Université Cheikh Anta Diop
- Avez-vous l'impression que les candidats qui font campagne répondent à ces préoccupations-là ?
- Malheureusement non. Tout ce qu'on entend ce sont des promesses, des promesses par-ci, des promesses par-là »

Dans cette université où plusieurs affiches de candidats ont été déchirées, on suit pourtant avec un grand intérêt le scrutin du 25 mars prochain.