La chute d'Amadou Toumani Touré au Mali ou la défaite d'une politique de consensus


©

Amadou Toumani Touré, le putschiste devenu démocrate, a dû quitter son palais présidentiel le 22 mars 2012 après le coup d'Etat militaire. La chute d'ATT, c'est aussi la défaite du consensus politique dont il avait fait son modèle de gestion. Retour sur une carrière politique hors du commun.

Rien ne prédisposait ce général à la retraite d'une soixantaine d'années à entrer en politique. Rigoureux, courtois et imbibé de valeurs africaines, cet homme de dialogue à l'élocution rapide a commencé sa carrière professionnelle comme instituteur en 1966, avant d'intégrer l'armée en 1969. Formé au Mali, en ex-Union soviétique et en France, Amadou Toumani Touré accède en 1978 au grade de capitaine et commande la garde présidentielle. En 1984, il devient commandant et dirige les commandos parachutistes.

Le militaire-démocrate

En 1990, la vague démocratique qui déferle en Afrique ne tarde pas à atteindre le Mali. En mars 1991, Amadou Toumani Touré chasse du pouvoir, par un coup d'Etat militaire, le dictateur Moussa Traoré - au pouvoir depuis 22 ans - qui vient de réprimer dans le sang des manifestations.

Une fois chef de l’Etat, il provoque l’avènement du multipartisme, dote le pays d’une nouvelle Constitution et organise l'élection présidentielle. A l’issue de ce scrutin, auquel il n’est pas candidat, il remet le pouvoir à un civil, Alpha Oumar Konaré. Un geste rare à cette époque dans cette région du monde. Amadou Toumani Touré devient en Afrique une icône, celle du militaire-démocrate.

Retour au sommet de l'Etat

Amadou Toumani Touré démissionne alors de l'armée pour entamer une carrière politique et réussit à revenir au pouvoir, cette fois par les urnes. En 2002 Amadou Toumani Touré remporte la présidentielle alors qu'il n'a même pas de parti politique et avec, comme seul programme, la volonté de travailler avec tout le monde. La recette fonctionne : sa réélection en 2007 n'est qu'une formalité. Fidèle à son image de démocrate, il refuse de modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat mais la belle image de l'homme du consensus a vécu.

Le consensus vidé de contenu

Au fil des ans, ce consensus a fini par anéantir toute forme d'opposition politique. « Nous sommes rentrés dans l'ère des griots » reconnaît cet ancien ministre pro-ATT aujourd'hui désabusé devant le bilan politique des dix dernières années. « Progressivement, on a assisté à un alignement de tous les partis politiques autour du président», confie un autre homme politique qui estime que le consensus a fait reculer l'idée même de la démocratie.

Depuis ces dernières heures les langues se délient : le consensus a verrouillé toute la société malienne, à commencer par les médias qui sont aux ordres, reconnaît un journaliste malien. Toutes les voix discordantes sont systématiquement dénoncées. Information aux ordres et manque de communication à tous les étages : dans l'armée mais aussi au sein du gouvernement. Les hommes politiques maliens le reconnaissent : la classe politique s'est laissé phagocyter et l'opposition a quasiment disparu.

A l'époque de la transition, le président Amadou Toumani Touré aimait à dire que « les civils ne doivent pas s'étonner d'être renversés par des militaires s'ils gouvernent mal ». Gouverner mal, c'est justement ce que reprochent les mutins au chef de l'Etat qui, à peine deux mois de la fin de ce second mandat, l’ont chassé du palais de Koulouba.