République centrafricaine : une armée de 5000 hommes pour mettre fin à la LRA

Joseph Kony, leader de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), en août 2006, à la frontière soudano-congolaise.
© Getty Images/Adam Pletts

La République centrafricaine a annoncé qu’elle voudrait déployer une force de 5 000 hommes pour en finir avec la LRA (l'Armée de résistance du Seigneur) et arrêter son chef Joseph Kony, recherché par la justice internationale. Cette force régionale d'intervention comprendra des militaires du Soudan du Sud, congolais, centrafricains, et ougandais. La LRA est aujourd’hui très affaiblie mais elle reste une menace. D’ailleurs, après quatre mois de répit, les attaques ont repris ces dernières semaines dans le sud-est du pays.

Bertin Foutio a le triste privilège d’être l’une des premières victimes centrafricaines de la LRA, l'Armée de résistance du Seigneur. Enlevé le 19 février 2008, il a servi de porteur au groupe rebelle avant d’être relâché.

Les dégâts humains de la LRA et de son leader Joseph Kony
10-10-2013 - Par Carine Frenk

« Un jour, il y a un jeune qui a tenté de fuir. Il a été rattrapé par un rebelle. Et le commandant devant nous a ordonné qu’on lui coupe la jambe droite. Et c’est ce qu’ils ont fait devant nous, raconte Bertin Foutio. Il y a aussi ce que tu ne peux pas voir mais que tu peux entendre. Moi j’ai entendu une jeune fille, une nuit, en train d’être violée par un rebelle. Aujourd’hui encore, après toutes ces années, quand je pense à la LRA, j’entends encore les cris de cette jeune fille ».

 

Depuis 2008, le sud-est de la République centrafricaine vit au rythme des attaques de la LRA et Joseph Kony n’est toujours pas capturé.  « C’est une très bonne nouvelle aujourd’hui d’apprendre que l’Union africaine va déployer des hommes et avec cette accroche régionale. Mais nous sommes encore sceptiques. Jusqu’à présent, les exactions, les kidnappings, les tueries, continuent », explique Alexis Mbolinani, coordinateur de la Jupedec, Jeunesse unie pour la protection de l'environnement et le développement communautaire, une ONG de la région.

Et il poursuit : « Ce qu’on ne comprend pas est que les Ougandais sont là avec des moyens sophistiqués dotés par les Américains. Mais derrière moi, il y a eu des attaques pendant deux ou trois jours dans la ville de Rafaï, [au sud-est du pays NDLR], mais pas de survol, ne fut-ce que dissuasif ! Si bien qu’aujourd’hui, la population vit dans la terreur. Nous voulons voir l’efficacité et la mise en œuvre de toutes ces décisions qui se prennent ».

Près de 3500 personnes vivent dans ce camp.
Dans le camp de refugiés de Zemio
10-10-2013 - Par Carine Frenk

Les Etats-Unis impliqués dans la lutte contre la LRA

La force déployée par la République centrafricaine sera soutenue par les Etats-Unis, l'Union européenne et le Conseil de sécurité des Nations unies. La participation des Etats-Unis dans la lutte contre l'Armée de résistance du Seigneur n'est pas nouvelle. Depuis novembre 2011, des soldats américains sont déployés aux côtés des forces régionales congolaises et ougandaises. Ils coordonnent les forces et mènent des opérations de renseignement.
Comme l'explique le journaliste du quotidien Ouest France Philippe Chapleau sur son blog, les États-Unis fournissent des sessions d'entraînement et de formation, ainsi que de l'équipement et un appui logistique à l'Ouganda, à la République centrafricaine, à la RDC et au Soudan du Sud pour les aider à combattre les insurgés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.