La Cédéao brandit des sanctions contre le Mali où la tension persiste entre pro et anti-junte - Afrique - RFI

 

  1. 03:30 TU Sessions d'information
  2. 04:00 TU Journal
  3. 04:15 TU Sessions d'information
  4. 04:30 TU Journal
  5. 04:33 TU Sessions d'information
  6. 04:40 TU LA DANSE DES MOTS 2
  7. 05:00 TU Journal
  8. 05:15 TU Sessions d'information
  9. 05:30 TU Journal
  10. 05:33 TU Sessions d'information
  11. 05:40 TU Grand reportage
  12. 06:00 TU Journal
  13. 06:15 TU Sessions d'information
  14. 06:30 TU Journal
  15. 06:40 TU Sessions d'information
  16. 07:00 TU Journal
  17. 07:15 TU Sessions d'information
  18. 07:30 TU Journal
  19. 07:43 TU Sessions d'information
  20. 08:00 TU Journal
  21. 08:10 TU Religions du monde
  22. 08:30 TU Journal
  23. 08:33 TU Religions du monde
  24. 09:00 TU Journal
  25. 09:10 TU La marche du monde
  1. 03:30 TU Sessions d'information
  2. 04:00 TU Journal
  3. 04:15 TU Sessions d'information
  4. 04:30 TU Sessions d'information
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Sessions d'information
  8. 06:00 TU Journal
  9. 06:15 TU Sessions d'information
  10. 06:30 TU Journal
  11. 06:43 TU Sessions d'information
  12. 07:00 TU Journal
  13. 07:15 TU Sessions d'information
  14. 07:30 TU Sessions d'information
  15. 08:00 TU Journal
  16. 08:10 TU Le débat africain
  17. 08:30 TU Journal
  18. 08:40 TU Le débat africain
  19. 09:00 TU Journal
  20. 09:10 TU Religions du monde
  21. 09:30 TU Journal
  22. 09:33 TU Religions du monde
  23. 10:00 TU Journal
  24. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  25. 10:30 TU Journal
fermer

Afrique

CEDEAO Mali

La Cédéao brandit des sanctions contre le Mali où la tension persiste entre pro et anti-junte

media

La Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest a menacé ce jeudi 29 mars 2012 de sanctionner la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali, si elle refuse de se retirer et de rétablir l’ordre constitutionnel. Des menaces de sanctions diplomatiques, économiques et financières, décidées à l’issue d’une réunion de six pays mandatés par la Cédéao. Cinq des six chefs d’Etat qui se sont rendus à Bamako jeudi dans la matinée mais n’ont pas pu atterrir, suite à une manifestation de pro-putschistes à l’aéroport. Ils ont rebroussé chemin et se sont retrouvés au pavillon présidentiel de l’aéroport d’Abidjan.

La menace de la Cédéao contre les putschistes maliens se veut très claire. Ils doivent respecter les décisions prises par le sommet extraordinaire tenu mardi 27 mars à Abidjan, la principale étant leur retrait du pouvoir et le rétablissement de l’ordre constitutionnel.

Les sanctions prévues

Kadré D. Ouedraogo égraine le détail des sanctions adoptées par l'organisation régionale Président de la Commission de la Cédéao 10/10/2013 - par Stanislas Ndayishimiye écouter

Selon le communiqué final de la réunion des cinq chefs d’Etat ouest-africains tenue ce jeudi à l’aéroport d’Abidjan, le capitaine Amadou Sanogo et le Comité militaire qu’il préside ont jusqu’à la fin de la semaine pour rendre le pouvoir au gouvernement d’Amadou Toumani Touré, sous peine d’être frappés «d’interdiction de voyager» dans les pays membres de la Cédéao.

Au nom de l’organisation ouest-africaine qui compte quinze pays, les présidents béninois, burkinabè, ivoirien, libérien, nigérien et le chef de la diplomatie nigériane ont prévu d’autres sanctions pour contraindre les putschistes de partir : la fermeture des frontières des Etats membres de la Cédéao ; le «gel des avoirs» des auteurs du coup d’Etat et de leurs associés ; la fermeture de l’accès du Mali aux ports des pays côtiers, ce qui serait un coup dur pour les nouveaux maîtres de Bamako, le Mali étant enclavé ; autre mesure, le gel des comptes du Mali à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Ces sanctions entreront en vigueur lundi 2 avril, sauf si d’ici là, la junte malienne applique les décisions de la Cédéao.

Du côté des proches de la junte, l'ultimatum suscite l'incompréhension

Je ne comprends pas cet ultimatum de la Cédéao... je suis surpris que l'on ait donné un délai de 72h ; je pense que tout le monde est disposé au dialogue... les militaires aussi bien que la classe politique et les forces vives qui soutiennent les militaires... même les partis politiques qui contestent le coup d'Etat ont été reçus par les militaires. Nous n'avons jamais été appelés à un dialogue que nous aurions refusé...
Oumar Mariko : «Si la démocratie est la préoccupation de la Cédéao, elle ne peut pas agir comme elle est en train de le faire» Initiateur du MP22, le mouvement qui soutient la junte au Mali 10/10/2013 - par Boniface Vignon écouter

Officiellement, le dialogue avec la Cédéao n'est pas rompu

En dépit de l’incident survenu à l’aéroport de Bamako qui a contraint les cinq présidents ouest-africains à rebrousser chemin, le dialogue n’est pas rompu assuraient jeudi leurs représentants à l’issue de leur entretien avec le capitaine Sanogo.

Le dialogue n’est pas rompu mais il est mal engagé et même si elles avaient été mûries au préalable, les menaces d’embargo financier et diplomatique lancées à Abidjan traduisent bien la colère des chefs d’Etat contre les patrons de la junte.

Dans le contexte actuel marqué par d’immenses difficultés économiques et par un regain nationaliste, nul doute que dès aujourd’hui des manifestations seront organisées à Bamako sur le thème «la Cédéao veut affamer le peuple malien».

Sur le plan intérieur, pas d'avancée entre la junte et l'opposition

Les discussions entre la junte et les partis qui rejettent le coup d’Etat sont ,elles, au point mort. Jeudi matin, une délégation a fait route vers le camp de Kati mais plutôt que de rencontrer le capitaine Sanogo, parti entre-temps à l’aéroport, les leaders politiques se sont retrouvés confrontés à une manifestation de soutien au coup d’Etat aux abords du quartier général de la junte.

Contacté jeudi soir, un représentant du CNRDRE (Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat) estimait que les portes du dialogue restent pleinement ouvertes. Un cadre d’un parti exigeant le retour à l’ordre constitutionnel se montrait beaucoup moins optimiste sur les possibilités d’obtenir de réelles concessions de la part des militaires qui se sont emparés du pouvoir.

Que sont devenues les personnes arrêtées ?

Une délégation d'Amnesty International Mali a rendu visite, au camp militaire de Kati, à une dizaine de personnalités arrêtées.

Ces personnes ont exprimé leur désarroi parce qu'elles ne savent toujours pas pourquoi elles ont été arrêtées. Elles se sont également plaintes de ne pas avoir accès à leurs familles et à leurs avocats. Elles reçoivent apparemment des soins médicaux... Elles sont apparemment bien traitées mais... elles sont angoissées...
Salvatore Saguès : «Amnesty International-Mali a pu rencontrer la dizaine de personnes qui avaient été arrêtées au début du coup d'Etat...» Chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest 10/10/2013 - par Boniface Vignon écouter

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.