Poussée de fièvre dans les relations entre la Guinée Equatoriale et la France

L'hôtel particulier de Téodorin Obiang, avenue Foch, c'est un bâtiment de 5000 mètres carrés, comprenant 101 chambres.
© AFP/ERIC FEFERBERG

Les tensions diplomatiques entre la Guinée Equatoriale et la France se sont sérieusement tendues ces derniers jours. En cause, l'affaire des biens mal acquis et la procédure judiciaire entamée à l'encontre de Teodorin, le fils du président de la République, Teodoro Obiang. 

Déjà tendues après la perquisition dans le luxueux hôtel particulier à Paris, qui a entraîné la saisie la saisie de biens estimés à plusieurs dizaines de millions d'euros, les autorités de Malabo ont vu rouge lorsque les juges français ont demandé le lancement d'un mandat d'arrêt international pour blanchiment à l'encontre de Teodorin, le fils du chef de l'Etat, Teodoro Obiang.

Pour le porte-parole du gouvernement, Geronimo Osa Osa Ekoro, la France doit stopper cette procédure judiciaire pour ne pas envenimer les relations entre les deux pays : «Nous faisons appel aux autorités françaises... (d'arrêter cette) situation qui peut dégrader nos relations et peut-être arriver à des situations qui ne seront pas bénéfiques pour nos deux peuples et nos pays

Dans les couloirs du Quai d'Orsay, on reconnaît que la tension est forte. Mais la France ne change pas sa ligne. La justice est indépendante, rappelle Bernard Valéro, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères : «C’est ce que nous nous évertuons à dire aux autorités de Guinée équatoriale, rappeler un principe qui est simple mais qui peut-être, vu de là-bas, peut paraître compliqué, c'est-à-dire l’indépendance de la justice. Elle a pour conséquence que l’exécutif n’a aucun moyen d’intervenir dans le travail que mène la justice

Pour accentuer la pression, la Guinée Equatoriale se dit prête à s'en prendre aux entreprises françaises implantées dans le pays si la France ne revoit pas sa position.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.