RDC: au Kivu, de nouveaux déplacements d'hommes en armes inquiètent la population - Afrique - RFI

 

  1. 11:00 TU Journal
  2. 11:15 TU Sessions d'information
  3. 11:30 TU Journal
  4. 11:33 TU Sessions d'information
  5. 12:00 TU Journal
  6. 12:10 TU Grand reportage
  7. 12:30 TU Journal
  8. 12:33 TU Sessions d'information
  9. 12:40 TU Accents d'Europe
  10. 13:00 TU Journal
  11. 13:10 TU Sessions d'information
  12. 13:30 TU Journal
  13. 13:33 TU Danse des mots
  14. 14:00 TU Journal
  15. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  16. 14:30 TU Journal
  17. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 15:00 TU Journal
  19. 15:10 TU Autour de la question
  20. 15:30 TU Journal
  21. 15:33 TU Autour de la question
  22. 16:00 TU Journal
  23. 16:10 TU Radio foot internationale
  24. 16:30 TU Journal
  25. 16:33 TU Radio foot internationale
  1. 11:00 TU Journal
  2. 11:15 TU Sessions d'information
  3. 11:30 TU Journal
  4. 11:33 TU Sessions d'information
  5. 12:00 TU Journal
  6. 12:10 TU Grand reportage
  7. 12:30 TU Sessions d'information
  8. 13:00 TU Journal
  9. 13:10 TU Sessions d'information
  10. 13:30 TU Journal
  11. 13:33 TU Danse des mots
  12. 14:00 TU Journal
  13. 14:10 TU Autour de la question
  14. 14:30 TU Journal
  15. 14:33 TU Autour de la question
  16. 15:00 TU Journal
  17. 15:10 TU Radio foot internationale
  18. 15:30 TU Journal
  19. 15:33 TU Radio foot internationale
  20. 16:00 TU Journal
  21. 16:10 TU Couleurs tropicales
  22. 16:30 TU Journal
  23. 16:33 TU Couleurs tropicales
  24. 17:00 TU Journal
  25. 17:10 TU Sessions d'information
fermer

Afrique

RDC

RDC: au Kivu, de nouveaux déplacements d'hommes en armes inquiètent la population

media

Éléments de l'ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) ou dissidents d'un régiment de l'armée congolaise ? Depuis le 1er avril 2012, la population du Nord-Kivu voit se déplacer des hommes lourdement armés de lance-roquettes et de mitraillettes, sans pouvoir identifier la raison de ces déplacements. À Kinshasa, on laisse entendre que le général Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale pour son rôle dans les crimes de guerre, serait à l'origine des déplacements.

Beaucoup ont vu, dans ce mouvement des troupes qui a créé une certaine panique parmi la population de Rushuru, un début d’une nouvelle rébellion, une énième insurrection, pour déstabiliser l’Est de la République démocratique du Congo.

EM mandat d'arrêt CPI Bosco Ntaganda
application/msword icon
mandatBoscoCPI.pdf

L’objectif principal des éléments ex-CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) étant, disent certains, de chercher à créer un périmètre de sécurité pour protéger le général Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale pour des crimes perpétrés en Ituri. Cet ancien chef d’état-major des milices de Thomas Lubanga aurait eu vent de l’imminence d’une éventuelle action, en vue de son arrestation.

Mais pour d’autres, ce mouvement des troupes serait tout simplement lié au mécontentement des militaires basés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Les hommes en uniforme réclameraient une solde conséquente et régulière ainsi que des changements au sein des différents commandements militaires, un peu à la manière de ce qui s’était passé en Ituri il y a quelques semaines. Leur revendication serait parvenue à la haute hiérarchie.

A Goma, des sources jointes au téléphone, ont affirmé à RFI que les militaires ex-CNDP avaient entrepris des contacts, pour rallier les ex-groupes armés locaux à leur cause.

Selon l'organisation Human Rights Watch, le général Bosco Ntaganda est impliqué dans l'assassinat d'au moins 8 personnes, d'arrestations arbitraires et de disparitions.

Lors du verdict rendu le 14 mars dans le procès de Thomas Lubanga, les juges de la Cour pénale internationale avaient reconnu la complicité du général dans l'enrôlement au sein des milices des enfants de moins de 15 ans.

En tout, quinze procédures sont actuellement en cours devant la CPI.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.