Algérie: un pas vers la création du premier institut de recherche sur le sida du continent africain

Michel Sidibé, directeur exécutif de l'Onusida.
© Reuters

L’Afrique aura bientôt son premier centre de recherche continental sur le sida. Le directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé, était à Alger ces derniers jours pour signer avec l’Etat algérien un accord pour la création de ce futur institut dans la ville de Tamanrasset dans l’extrême sud du pays. Une promesse faite par l'Algérie en décembre dernier lors de la Conférence internationale sur le sida d'Addis-Abeba. L’objectif : développer la coopération Sud-Sud dans la lutte contre le sida et la prise en charge de la maladie.

Développer la coopération en Afrique autour de la lutte contre le sida : c’est l’objectif de ce futur institut de recherche. Financé par l’Algérie, un des rares pays du continent à pouvoir mobiliser les ressources nécessaires, il aura pour mission notamment de développer l’échange de compétences, l’amélioration des traitements et l’adoption d’une stratégie de prévention.

Othmane Bourouba est président de l’association AIDS Algérie, impliquée dans le projet : « C’est très important. Premièrement, pour pouvoir mieux cerner l‘épidémie, mieux la connaître déjà et pour identifier des pistes de plans d’action adaptés au contexte local pour endiguer un tant soit peu cette épidémie au niveau africain et régional ». 

Pour Onusida, qui va coordonner le lancement de cet institut, l’objectif est aussi de diminuer la dépendance financière africaine, notamment en ces temps de crise économique dans les pays développés. Adel Zeddam, directeur d’Onusida en Algérie : « Actuellement, le problème c’est la dépendance de beaucoup de pays africains dans leurs programmes de traitements, de soins et de prévention, sur les fonds externes qui se réduisent de plus en plus. Les pays africains risquent d’être encore en retard en 2015 par rapport aux objectifs fixés ».

Des chercheurs de tout le continent, d’Europe et des Etats-Unis doivent participer à ce projet qui, pour l’instant, n’en est qu’à ses prémices. Mais selon le ministre algérien de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Djamel ould Abbès, l'institut pourrait voir le jour d’ici la fin 2013.

Le sida tue 1,8 million de personnes chaque année sur le continent africain. Et la plupart des pays sont loin d'atteindre « l'objectif du millénaire » de stopper la propagation du virus.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.