L’armée de l’air marocaine fait son show à Marrakech - Afrique - RFI

 

  1. 05:30 TU Journal
  2. 05:34 TU Sessions d'information
  3. 05:37 TU Grand reportage
  4. 05:57 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:40 TU Sessions d'information
  9. 06:50 TU Sessions d'information
  10. 06:58 TU Sessions d'information
  11. 07:00 TU Journal
  12. 07:15 TU Sessions d'information
  13. 07:30 TU Journal
  14. 07:43 TU Sessions d'information
  15. 08:00 TU Journal
  16. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  17. 08:30 TU Journal
  18. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  19. 09:00 TU Journal
  20. 09:10 TU Priorité santé
  21. 09:30 TU Journal
  22. 09:33 TU Priorité santé
  23. 10:00 TU Journal
  24. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  25. 10:30 TU Journal
  1. 05:30 TU Sessions d'information
  2. 06:00 TU Journal
  3. 06:15 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:15 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Priorité santé
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Priorité santé
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:15 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 12:00 TU Journal
fermer

Afrique

Aéronautique Défense Maroc Otan

L’armée de l’air marocaine fait son show à Marrakech

media

Le Salon de Marrakech (4-7 avril 2012) a l’ambition d’être une plate-forme pour l’industrie aéronautique en Afrique, mais c’est aussi et surtout une formidable vitrine pour l’armée de l’air marocaine qui héberge la manifestation. Une force aérienne profondément rénovée après des commandes records passées surtout auprès des constructeurs aéronautiques nord-américains. Un effort considérable pour un pays émergent qui affichait ces dernières années un budget de la défense estimé à 5% de son produit intérieur brut.

Quatre chasseurs F16 déchirent le ciel de Marrakech. Pour l’ouverture du 3ème salon Marrakech Airshow, les « faucons de l’Atlas » passent en formation serrée au-dessus du public. Camouflés aux couleurs du désert, les avions appartiennent à la base numéro 6 de Benguerir située à une soixantaine de kilomètres de la ville rouge, une ancienne base de secours de la navette spatiale américaine remise à neuf. C’est aujourd’hui une installation aux normes de l’OTAN . Préférés au Rafale français en 2007, les 24 F-16 C/D achetés chez Lockheed-Martin ont coûté la bagatelle de 1,67 milliard d'euros. Les appareils entrent progressivement en service. Près de la moitié des appareils ont été livrés à ce jour. Le chiffre exact n’a pas été communiqué sur le salon.

Le Maroc a commandé 16 avions monoplace, et 8 biplace destinés à la défense du territoire, à l’attaque au sol, et à la reconnaissance aérienne. Sur le tarmac, les premiers pilotes formés aux Etats-Unis, au sein du 162e Fighter Wing de Tucson en Arizona posent devant leur nouvelle monture. Avant de passer sur F-16, ils avaient déjà tous une expérience sur avion d’arme mais reconnaissent que l’appareil « change beaucoup de choses particulièrement en termes de puissance et de maniabilité grâce à ses commandes de vol électriques et un mini-manche latéral ». Le Maroc est le seul pays d’Afrique à s’être payé des F-16 après l’Egypte, alliée de longue date de Washington. L’armée de l’air marocaine est ainsi aujourd’hui l’une des mieux équipée au sud de la Méditerranée. Dans le même temps, le voisin et rival algérien a passé d’importantes commandes de Sukhoï 30 en Russie, des appareils encore plus imposants.

L’US Air Force… en force à Marrakech

Les commandes marocaines ne se limitent pas au F-16. Ces dernières années, Rabat a également reçu des avions d’entraînement made in Usa des T6II de Beechcraft. Des avions école qui servent pour la formation des jeunes pilotes. Mais le Pentagone espère bien placer une version armée de cette machine en Irak et en Afghanistan. A la longue liste des matériels achetés dans les années 2000, et qui sont aujourd’hui opérationnels dans les forces marocaines, s'ajoutent les avions cargo C27J. Sur le salon, un exemplaire est présenté en configuration « évacuation sanitaire », mais les experts assurent que les quatre avions Spartan achetés feraient de très bons avions pour les forces spéciales marocaines. Selon la presse marocaine, le royaume est également en discussion pour acheter trois hélicoptères gros porteur CH47, des bombes guidées par GPS Jdam, et peut-être aussi deux cargos C17.

En novembre dernier, les islamistes modérés du Parti justice et développement (PJD) ont remporté les élections législatives, mais signe que le Pentagone considère toujours le Maroc comme un partenaire de premier plan, l’US Air Force a répondu à l’invitation des organisateurs du salon, en exposant à Marrakech ses redoutables chasseurs-bombardiers  F-15E Strike-Eagle, venus de leur base de Lakenheath en Grande-Bretagne. L’énorme cargo C17 et le ravitailleur KC-135 qui les accompagnaient sont restés de l’autre côté de la piste, sur l’aéroport civil, trop lourds pour stationner sur les parkings de la base aérienne.

La France, l’autre partenaire en matière de défense

« Le Maroc a toujours eu un partenariat stratégique équilibré entre la France et les Etats-Unis, il n’y a pas de compétition entre nous », assure l’attaché de défense français, en poste à Rabat. Le colonel Pierre Edery  rappelle que « l’armée française a le rare privilège de pouvoir s’entraîner avec des munitions réelles sur un champ de tir situé au Maroc et que de leur côté les Marocains s’entraîneront à la guerre électronique dans un polygone d’essais, dans l’est de la France, en novembre prochain ». Il souligne enfin que l’armée de l’air française offrira son aide pour la formation des pilotes marocains de Mirage F1.

En effet, le Maroc qui avait acheté des appareils de ce type dans les années 70 ne dispose pas de la version biplace de l’appareil, or elle est indispensable pour apprendre à maîtriser l’avion. En revanche, le Royaume a lancé la modernisation de sa flotte de Mirage, basés à Sidi-Slimane, en signant un contrat de 400 millions d’euros avec les électroniciens Thalès et Sagem. Une dizaine d’appareils ont été déjà transformés, en partie dans les ateliers de l’armée marocaine qui pourrait dans un avenir proche, assurer la totalité des travaux de la remise à niveau. Le chantier devrait être terminé fin 2012. Il s’agit d’une refonte complète du système d’arme de la machine, avec le montage d’un nouveau radar, de nouveaux instruments de bord, d’une centrale de navigation très précise, et d’un détecteur de menace particulièrement évolué, dérivé de celui du Rafale. Côté armement, les Mirage F1 marocains élargissent leur panoplie en emportant des missiles air-air Mica, et dans un avenir proche des bombes guidées AASM, les mêmes que celles utilisées par l’armée de l’air française en 2011 durant la guerre en Libye.

 

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.