Madagascar lance un plan national de lutte contre l'insécurité - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Autour de la question

 

  1. 14:33 TU Autour de la question
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Radio foot internationale
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Radio foot internationale
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Sessions d'information
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Sessions d'information
  10. 16:40 TU Accents d'Europe
  11. 17:00 TU Journal
  12. 17:10 TU Décryptage
  13. 17:30 TU Journal
  14. 17:33 TU Sessions d'information
  15. 17:40 TU Débat du jour
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Grand reportage
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU La bande passante
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU La bande passante
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Couleurs tropicales
  25. 20:30 TU Journal
  1. 14:33 TU Autour de la question
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Radio foot internationale
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Radio foot internationale
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Sessions d'information
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Sessions d'information
  10. 16:40 TU Accents d'Europe
  11. 17:00 TU Journal
  12. 17:10 TU La bande passante
  13. 17:30 TU Journal
  14. 17:33 TU Sessions d'information
  15. 17:40 TU La bande passante
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Grand reportage
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU Décryptage
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU Débat du jour
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Couleurs tropicales
  25. 20:30 TU Journal
fermer

Afrique

Madagascar Andry Rajoelina

Madagascar lance un plan national de lutte contre l'insécurité

media

A Madagascar, les forces de l’ordre ont annoncé la mise en place d’un plan national de lutte contre l’insécurité. Les vols, les attaques à mains armées, en ville comme à la campagne, se multiplient depuis le début de la crise politique il y a trois ans. La semaine dernière, gendarmerie et police avaient annoncé une accalmie des attaques. Mais le phénomène est difficile à enrayer. Et le meurtre d’un général de gendarmerie à la retraite et de sa famille, découvert mercredi 4 avril, a encore aggravé l’atmosphère teintée d’insécurité dans la capitale.

Face au risque de psychose, les autorités veulent montrer qu’elles ne prennent pas le problème à la légère. Au lendemain de la découverte du triple meurtre d’un général à la retraite, de sa femme et sa fille dans leur villa, la police, l’armée et la gendarmerie affichent leur volonté d’enrayer l’insécurité. Mais les moyens restent limités.

« Comme moyens, on utilise toujours les moyens du bord, c’est-à-dire tout ce que les trois forces ont à leur disposition. Mais le président de la Transition a quand même déclaré qu’il allait nous donner du matériel, comme une trentaine de voitures 4x4 », rapporte Arsène Rakotondrazaka, ministre de la Sécurité intérieure.

Près de 1 500 éléments ont été déployés dans la capitale en une semaine. Mais l’objectif affiché est de sécuriser tout le territoire. L’ensemble des provinces, les villes comme les campagnes où l’insécurité pose aussi problème. « C’est pas nouveau. La gendarmerie a toujours fait de la sécurisation en campagne. Il n’y a pas de particularité. La particularité, ça arrive en fonction du mode d’opération que les bandits sur le terrain exécutent », explique le général Bruno Razafindrakoto, chef du commandement de la gendarmerie nationale.

Mardi 3 avril, le gouvernement avait annoncé une mobilisation des forces armées dans les régions particulièrement touchées par les vols de bœufs. En mars, deux vols importants, de 900 puis 300 bœufs ont eu lieu dans le sud du pays.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.