Republier
Mali Touareg

Mali: le MNLA proclame l'indépendance de l'Azawad


©

Les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), ont proclamé l'indépendance de l'Azawad. C'est ce qu'un porte-parole du mouvement, Mossa Ag Attaher, a déclaré ce vendredi 6 avril 2012 à la chaîne de télévision française France 24. La proclamation apparaît aussi sur le site du mouvement touareg. Au Mali, sur le terrain, la situation est toujours confuse. La proclamation de l'indépendance intervient peu après une réunion des chefs d'état-major de la Cédéao, à Abidjan, sur la constitution d'une force commune d'intervention au Mali.

 

C’est un grand moment aujourd’hui pour le peuple de l’Azawad, en hommage aux combattants qui sont tombés sur le champ d'honneur, en hommage à l’ensemble des populations de l’Azawad durant toutes ces années de marche à la tête de la liberté et de l’indépendance, que le comité exécutif du MNLA à travers son secrétaire général, Bilal Ag Cherif, a proclamé solennellement l’indépendance de l’Etat de l’Azawad.
Mossa Ag Attaher, porte-parole du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA)
10-10-2013 - Par France 24

L'indépendance de l'Azawad, vue par les habitants de Bamako

Nombre d’habitants de Bamako ne sont pas encore au courant de la proclamation de l'indépendance. Beaucoup ne veulent pas entendre parler d’une séparation du Mali en deux  : « Pour moi, l’indépendance est impossible. Ca ne me plaît pas du tout. Je ne veux pas que le Mali se divise en deux parce que le Mali c’est un pays indivisible ».

Un jeune homme,  fatigué par les mois de guerre, a une opinion plutôt opposée : « Je pense que c’est un conflit politique. Chacun n’a qu’à garder sa part. Point final ».

La junte a appelé hier soir, dans un communiqué la population du Nord à résister au groupe rebelle, sans citer directement le MNLA. Les putschistes ont aussi demandé, dans ce qui semble être un appel du pied à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), la mise en place d’une action régionale pour sauvegarder l’intégrité territoriale du Mali, mais également la stabilité de toute la région saharienne.

Au Nord

Avec cette proclamation d'indépendance, le Mali apparaît aujourd'hui comme un pays coupé en deux, avec une population également inquiète : celle qui voit s'installer les rebelles touaregs et leurs différentes composantes dans le nord et ceux qui craignent l'anarchie et la vacance du pouvoir à Bamako. Tout le monde étant soumis aux conséquences de l'embargo.

 

Chacun demande l'adhésion de la population. Les gens d'Ansar Dine demande aux gens de devenir musulman. Du côté du MNLA, on nous appelle dans des réunions pour dire aux gens que bientôt il va y avoir une république de l'Azawad
Un habitant de Gao
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand

Du fait du conflit, l'approvisionnement et l'accès aux structures de base restent difficiles. Certains commencent à quitter la ville au grand désarroi de Moussa Souma Maïga, chef de communauté songhoï à Gao. Chaque crise dans le nord du pays s'est achevé par un cycle de violences attaques-représailles entre Touaregs et Songhoïs.

Observer la situation avec calme et sérénité, c'est le conseil que je donne
Moussa Souma Maïga, chef de la communauté songhoï
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand

 À Tombouctou, les islamistes du mouvement Ansar Dine occupent la plupart des quartiers. La charia s'impose à tous, l'ordre aussi. La seule radio qui fonctionne a diffusé ce 5 avril 2012 un appel aux habitants pour qu'ils nettoient la rue. Les islamistes ont, selon un témoin, promis également de distribuer des produits de première nécessité tels que l'huile et le riz. Produits qu'ils ont saisis dans les stocks des associations humanitaires qui étaient basées à Tombouctou. « L'État nous a abandonné, il n'y a pas de gendarme, pas de garde, se plaint un habitant effrayé, ce sont des petits enfants qui nous commandent ! Ils ont 16 ans, 18 ans, 22 ans ... Le plus âgé a 40 ans et quelque ! Vraiment, on a peur !»

Dans la capitale

Dans les marchés de Bamako, les rumeurs sont nombreuses. Malgré l’embargo, les prix des denrées principales ne s’envolent pas . Ce qui fâche bon nombre d’habitants de la capitale, c’est le comportement de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest). Pour Dumbia, doyen qui a connu l’indépendance, l’instance ne fait qu’appauvrir un pays déjà en souffrance : « On mange pour ne pas mourir ! On ne mange pas ce qu’on veut. La pauvreté, on en souffre tous ! ».

Les marchands demandent aux dirigeants de l’instance internationale de s’occuper du Nord et non de paralyser leur économie : « L’embargo a été précipité par Alassane Ouattara. Ce n’est pas bon l’embargo. Vraiment l’embargo, ça ne nous plaît pas. Ils ne sont pas là pour soutenir la population. Nous ne voulons pas ça ! ».

Les plus pessimistes des Maliens s’attendent à voir les prix grimper dans les prochains jours si les sanctions ne sont pas levées.

Les résidents étrangers quittent le Mali

À la gare routière de Bamako
10-10-2013 - Par Guillaume Thibault

La population est donc aujourd'hui en train de prendre les devants face à l'incertitude de la situation : putschistes à Bamako et mouvements rebelles occupant les villes du Nord. Des milliers d’étrangers qui résident au Mali se débrouillent pour quitter leur pays d’adoption malgré la fermeture des frontières. Les troubles ainsi que l'embargo de la Cédéao ont perturbé les transports routiers.

Les soutes sont pleines, sur le toit une montagne de bagages. Direction Abidjan. Un besoin de rentrer au pays pour Corine, étudiante de 19 ans, qui laisse à Bamako son ami et ses études de médecine : « J’ai un ticket et je rentre en Côte d’Ivoire parce qu’ici, la situation n’est pas tellement stable. Mes parents réclament que nous rentrons chez nous. Il y a une certaine peur parce qu’on a connu la guerre en Côte d’Ivoire et on n’a pas envie de vivre ça ici. J’espère pouvoir passer ».

Pour passer justement, les agences de car ont tout prévu. Malgré l’embargo, malgré la fermeture officielle des frontières, Alphonse le voyagiste a tout organisé : « Il y a un système de motos où on amène les passagers à la frontière à Zégoua [première ville malienne frontalière avec le nord de la Côte d’Ivoire NDLR]. Ils prennent des motos pour traverser la frontière ou ils empruntent les cars pour continuer ».

Certains n’ont pas cette chance, le passage vers le Burkina Faso par exemple est bien compliqué. Fatigué, stressé par la situation, Ilias ne trouve pas de solution : « Je veux rentrer chez moi. Ce n’est pas facile. Je suis bloqué quand même. Mais l’embargo c’est pour tuer les Maliens et ce n’est pas une bonne façon d’aider les Maliens ».

Pour les lignes internes vers le Nord, les cars, liens essentiels pour rejoindre Tombouctou ou Gao, ont repris du service. Passé Mopti, les agences de voyage utilisent des indicateurs pour s’assurer que la voie est libre.

Le colonel Gamou, ancien commandant de la garnison de Kidal, prend ses distances avec les mouvements rebelles et a rejoint Niamey avec armes et hommes. Il était un fidèle du président malien Amadou Toumani Touré et avait récemment rallié le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) pour revenir aujourd'hui sur sa décision.

De source bien informée, le colonel Aladji Gamou prend ses distances avec près de 500 hommes lourdement armés. C’est le ministre nigérien de la Défense nationale, Karidio Mahamadou, qui a dirigé les opérations de recueil, c’est-à-dire le désarmement intégral du régiment. Le colonel Gamou et cinq de ses lieutenants ont été ensuite transférés à Niamey où ils séjourneront temporairement, dit-on. Quant à ses hommes, ils sont cantonnés sur le site des réfugiés de Koutougou, non loin de la frontière malienne. Des citernes d’eau et de vivres sont déjà acheminées sur ce site.

Combien de temps ces soldats maliens passeront-ils dans ce camp de réfugiés ? Quelle sera leur destination finale ? Aucune réponse officielle pour l’instant. Mais depuis le début de la crise dans le nord du Mali, ils sont presque un millier le nombre de soldats en fuite ayant trouvé refuge au Niger.

Dans un entretien accordé à l'Agence France Presse, le colonel assure être loyaliste et avoir prétendu l'inverse pour pouvoir sauver ses hommes.
 

 

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.