L'opposante et vice-présidente Joyce Banda investie présidente du Malawi

La vice-présidente Joyce Banda lors d'une conférence de presse à Lilongwe le 6 avril 2012.
© AFP

Au Malawi, les autorités de Lilongwe ont officiellement annoncé ce samedi 7 avril 2012 dans la matinée le décès du président Bingu Wa Mutarika, plus de 24 heures après sa mort, et promis de respecter la Constitution. Quelques heures après cette annonce, la vice-présidente Joyce Banda, malgré son exclusion du parti au pouvoir il y a deux ans, a été investie présidente de la République du Malawi.

Les autorités de Lilongwe sont restées muettes pendant plus de 24 heures. Un silence qui a crée beaucoup d'inquiétudes. Des sources proches du pouvoir ont assuré que les dirigeants du DPP (Democratic progressive parti), le parti de Bingu wa Mutharika, cherchaient à amender la Constitution.

Leur objectif : que le frère du chef d'Etat défunt, Peter Mutharika, prenne les rênes du pouvoir. Mais les Etats-Unis, l'un des principaux bailleurs du pays, ont assuré qu'il fallait respecter l'ordre constitutionnel. Le secrétaire du gouvernement du Malawi a donc finalement annoncé officiellement ce samedi matin la mort du président. Il a assuré aussi que la loi fondamentale sera appliquée.

Le pouvoir revient donc à Joyce Banda, la vice-présidente. Ce samedi, apparaissant aux côtés du chef de l'armée, de plusieurs ministres et de députés, elle a appelé au calme, en jurant solennellement qu'elle allait assurer la fonction de chef de l'Etat. Elle a expliqué qu'elle réunirait ce jour le gouvernement pour discuter de l'organisation des funérailles du président. Dix jours de deuil national ont été décrétés au Malawi.