Mali: les islamistes renforcent leur présence à Gao


©

Tandis que plusieurs sources font état ces dernières 24 heures du renforcement des salafistes à Gao dans le Nord-Est du Mali, un groupe dissident d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ce dimanche 8 avril l'enlèvement du consul d'Algérie et de six membres de sa mission jeudi à Gao. La crise dans le Nord sous contrôle des rebelles touaregs du MNLA et de groupes islamistes reste une priorité absolue de la Cédéao. Beaucoup craignent désormais un affrontement entre les combattants du MNLA et les islamistes.

Il n'y a pas d'image, un habitant qui souhaitait filmer en a été empêché. C'est « haram » -c'est péché- lui ont dit des hommes armés.

Mais désormais, ce sont bien les islamistes qui sont les plus visibles dans les rues de Gao. Un convoi d'une quinzaine de véhicules serait arrivé dans la nuit de vendredi à samedi, une vingtaine d'autres dans la journée de samedi.

Plusieurs témoins le confirment, les salafistes organisent des rencontres avec des messages clairs : oui à la charia, non aux pillages. Ils promettent à ceux qui ont perdu des biens de les récupérer, ils distribuent des numéros de téléphone où appeler pour signaler des vols. Et « comme ça, petit à petit, ils gagnent la confiance des gens en les embobinant », soupire un habitant.

Nous ferons face, que ce soit des salafistes, que ce soit de la Cédéao, que ce soit n'importe qui
Abdulkarim Ag Matafa
10-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

Mais confiance ou pas, la population de Gao craint maintenant des affrontements entre d'un coté ces islamistes qui refusent toute indépendance du Nord, et de l'autre les rebelles touaregs. Ce que n'exclut pas Abdoul Karim Ag Matafa, président du conseil révolutionnaire du MNLA, le Mouvement de libération nationale de l'Azawad.

La rupture est consommée et face à des mouvements qui ne peuvent pas cohabiter, les habitants de Gao attendent avec appréhension la suite des évènements

Confusion et concurrence entre groupes islamistes à Gao

Tour à tour depuis ces derniers jours, les patrons de bars de Gao ont reçu la visite d'hommes armés. Ils ne sont manifestement pas coordonnés entre eux, mais délivrent le même message, il n'est plus question de vendre de l'alcool.

Le patron d'un hôtel a confié à RFI avoir reçu la visite de six groupes différents. L'un d'eux, plus violent que les autres, composé d'hommes enturbannés et portant des barbes, aurait fouillé toute la maison pour débusquer les alcools qui n'étaient déjà plus à la vente, mais toujours entreposés dans une pièce.

A coup de tirs de kalachnikovs, ils auraient fait exploser les bouteilles, même celles qui étaient vide. Les enseignes publicitaires des marques de bière n'ont pas été épargnées. Cet homme n'a dû son salut qu'à l'arrivée in extremis d'hommes « plus gentils », dit-il, qui ont fait fuir les assaillants et ont laissé un numéro à appeler en cas d'urgence.

Au-delà des restrictions qui s'imposent aux débits de boisson, le harcèlement dont ils sont victimes illustre la confusion qui règne dans la ville, voire la concurrence entre les différents groupes qui cherchent à faire la loi dans Gao.


 Les ministres des Affaires Etrangères de l'Algérie, du Niger et de la Mauritanie étaient réunis à Nouakchott ce dimanche. Ils ont réclamé l'application « immédiate et inconditionnelle » de l'accord entre la Cédéao et la junte militaire.

Le chef de la diplomatie nigérienne Mohammed Bazoume est allé plus loin. Selon lui, il faut passer à l'offensive contre les rebelles touaregs le plus vite possible.

On doit travailler à changer le rapport de force sur le terrain avant de parler de négociation
Mohammed Bazoume
10-10-2013 - Par Laura Martel


 

Un groupe dissident d'al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ce dimanche l'enlèvement du consul d'Algérie et de six membres de sa mission jeudi à Gao (nord-est du Mali), dans un message écrit transmis à l'AFP.

Avec notre correspondant à Bamako

Le message écrit est court, mais la revendication est claire. Le Mujao, mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, affirme détenir le consul d’Algérie à Gao. Le consul, mais également six de ses collaborateurs.

Adnan Abu Walid Sahraoui, porte-parole du groupe, qui affirme être une dissidence d’al-Qaïda au Maghreb islamique, a rappelé ensuite la presse à l’aide d’un téléphone portable. Son numéro de téléphone indique qu’il était au Mali. On entendait d’autres voix d’hommes autour de lui, un peu comme s’il était entouré d’autres membres de ce groupe, qui prône le jihad en Afrique de l’Ouest.

A la question posée par RFI : « Avez-vous des revendications ? », réponse du porte-parole du Mujao : « Vous le saurez plus tard ».

Apparu il y a quelques mois, ce groupe islamiste a déjà revendiqué l’enlèvement de trois humanitaires européens, au cœur du territoire occupé par le mouvement indépendantiste Polisario, soutenu par l’Algérie. Le Mujao a également, en mars dernier, revendiqué un attentat perpétré au sud de l’Algérie. Le chef du groupe est un Mauritanien.

Autre particularité du Mujao, il est constitué de nombreux combattants originaires de l’Afrique noire. On y trouve notamment des Sénégalais, des Maliens, des Ivoiriens, des Guinéens, et même des Béninois.