Republier
Mali

Avec le retour de Dioncounda Traoré, le Mali en route vers une normalisation constitutionnelle ?

Dioncounda Traoré à son retour à bamako, sur l'aéroport international, le 7 avril 2012.
© REUTERS/Joe Penney

Moins de 24 heures après la signature de l’accord cadre entre la junte malienne et la Cédéao, restituant l'ordre constitutionnel au Mali, le président de l’Assemblée nationale malienne, Dioncounda Traoré est arrivé à Bamako depuis Ougadougou ce samedi 7 avril 2012. Comme le stipule la Constitution, c’est lui qui doit prendre la tête du pays dès que la vacance du pouvoir sera proclamée. Il devra ensuite se mettre rapidement au travail pour gérer la crise.

Notre dossier spécial Mali

A dix-sept heures ce samedi, sur le tarmac de l’aéroport international de Bamako, dans l’avion de la République du Burkina se trouve le futur chef de l’Etat du Mali par intérim, Dioncounda Traoré, un leader attendu par ses partisans. « C’est l’homme qu’il faut pour la situation. C’est quelqu’un de bien et en plus il est fédérateur. Il est excellent pour le pays » déclare un de ses supporters. 

A la sortie de l’avion c’est la cohue. Interpellé par RFI, Dioncounda Traoré confirme qu'il est content de revenir au pays et file aussitôt dans un hôtel du centre-ville pour y rencontrer, 45 mn seulement après son arrivée, Djibril Bassolé, le facilitateur burkinabé de la crise et quelques membres de la junte.

A la sortie, celui qui sera chargé d’assurer l’intérim à la tête de l’Etat retrouve ses proches et fait sa première déclaration : « Notre pays a besoin d’unité, notre pays a besoin de solidarité, notre pays a besoin de son armée pour recouvrir l’ensemble de son territoire. Je n’ai aucune crainte par rapport à cela parce que je crois en les Maliens, je crois en les Maliennes, je crois en vous et je crois en moi-même».

... je pense que dès mardi ou mercredi je serai à même de vous faire part de la feuille de route que nous avons définie et qu'il nous appartiendra de mettre en oeuvre.

Dioncounda Traoré au micro de notre envoyé spécial
08-04-2012 - Par Guillaume Thibault

Dans l’urgence, Dioncounda Traoré va devoir, dans les prochains jours se trouver un Premier ministre, mettre en place le gouvernement de transition puis définir le calendrier électoral.

La priorité reste la gestion de la situation dans le nord du Mali

Les rebelles touaregs du MNLA, qui avaient proclamé un peu plus tôt l'indépendance de l'Azawad, dans le nord du pays, se félicitent du retour à l'ordre constitutionnel à Bamako mais l'indépendance de l'Azawad n'est pas négociable.

Nous sommes très contents d'avoir un interlocuteur légitime pour discuter... sur la base de l'indépendance de l'Azawad... nous aussi nous allons mettre en place un gouvernement dans les jours à venir, et essayer de maintenir l'intégrité de l'Azawad, par la force ou par le dialogue. Nous sommes prêts à affronter les forces de la Cédéao... Il n'est pas question de revenir en arrière (sur la déclaration d'indépendance de l'Azawad)...

Abdulkarim ag Mafata : nous pouvons discuter du cessez-le-feu et du cadre qui permettra d'aboutir à l'autodétermination de l'Azawad
08-04-2012 - Par Sarah Tisseyre

Réaction positive du côté de Paris

La diplomatie française salue la signature de l'accord-cadre de sortie de crise au Mali. Paris assure que le futur gouvernement d'union nationale pourra compter sur la France pour travailler au renforcement de l'Etat malien et trouver une solution politque aux difficultés du nord du pays. 

Cet accord permet le retour à l'ordre constitutionnel au Mali. On se réjouit que l'esprit de responsabilité ait finalement prévalu... Nous invitons tous les acteurs maliens à mettre en oeuvre sans délai les dispositions prévues par l'accord, notamment celles destinées à permettre la tenue des élections présidentielles dans le meilleur calendrier possible...

Vincent Floréani au micro de Virginie Bourdet : "Dès l'installation des autorités constitutionnelles, la France reprendra sa coopération bilatérale...»
08-04-2012 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.