Libye: des exactions commises à Misrata et Touarga dénoncées par HRW


©

Human Rights Watch publie une lettre ouverte aux dirigeants de la ville de Misrata en Libye pour leur demander de faire cesser les violations des droits de l'homme commises par les milices de Misrata dans cette ville et la ville voisine de Touarga. L'ONG de défense des droits de l'homme parle de «crimes contre l'humanité» et prévient les responsables de la ville qu'ils s'exposent à des poursuites pénales, y compris devant la Cour pénale internationale s'ils n'agissent pas au plus vite pour faire cesser ces crimes.  

La lettre de Human Rights Watch s'adresse à la fois au commandement militaire de Misrata, et au conseil civil élu en février. L'ONG leur demande de faire plus, et plus vite, pour mettre fin aux graves violations des droits de l'homme qu'elle dénonce.

D'abord, elle accuse les milices de Misrata de se livrer à des actes de torture sur les prisonniers accusés d'avoir soutenu le régime Kadhafi. Les explications de Fred Abrahams, coordonnateur de Human Rights Watch en Libye : « A Misrata, il y a environ 2 500 prisonniers, dont beaucoup sont détenus par les milices... Et nous avons encore des cas de torture, et même des morts en détention. »

Human Rights Watch dénonce aussi la situation à Touarga, ville voisine de Misrata. Selon Fred Abrahams, c'est toute la population qui est punie pour avoir soutenu l'ancien chef de l'Etat : « Cette ville a soutenu Kadhafi, certains ont même combattu pour lui... Et maintenant, les 30 000 habitants de la ville ont fui et ne peuvent plus y revenir. C'est inacceptable. Si certains ont commis des crimes, ils doivent être punis, mais on ne peut pas punir tous les habitants d'une ville à cause des crimes commis par certains. Ce déplacement forcé de population pourrait bien être qualifié de crime contre l'humanité, parce que c'est organisé, et systématique. »

Une commission d'enquête des Nations unies avait elle aussi conclu le mois dernier que les milices de Misrata s'étaient rendues coupables de crimes contre l'humanité.