Tchad : imbroglio politique sur le sort de 700 douaniers évincés

Ndjaména.
© © Marion Urban/RFI

Une polémique a surgi autour du sort réservé à plus de 700 douaniers limogés ou remis à la disposition de la fonction publique par deux décrets du chef de l’État, publié le 23 mars. Quelques jours après, le ministre reconnaît que l’acte comporte des erreurs qui seront rectifiées. Mais le Premier ministre revient sur les propos de son ministre et déclare qu’aucun des douaniers ne sera repris. Une sortie qui énerve les syndicats et les avocats des limogés.

Parmi les douaniers radiés ou remis à la disposition de la fonction publique, il y a de tout. Des professionnels mais aussi des anciens militaires, des policiers et parfois même des personnes sans qualification.

Après les protestations ayant suivi la publication des deux décrets, une commission a été mise en place pour faire le tri. Mais, précise le Premier ministre Emmanuel Nadingar, personne parmi les concernés ne sera repris : « Nous ne voulons plus ces personnes en exercice à la douane. Vu leur rendement, vu leur mission, ces personnes ont été jugées inaptes ». Sur la même lancée, le chef de l’Etat va plus loin, annonçant une enquête pour récupérer tout ce que ces douaniers ont volé à l’Etat.

Selon le Conseil des douaniers, il y a un problème de droit qui se pose à cette volonté d’assainissement du secteur. D’abord, la radiation n’existe pas dans le régime des sanctions à la fonction publique. Ensuite, pour renvoyer un fonctionnaire, il y a une procédure qui n’a pas été respectée comme l'indique Maître Allaissem Djaïbé, avocat : « Nous avons estimé au regard des textes qui régissent le statut de la fonction publique qu'il y a violation manifeste. Nous sommes des juristes. Nous sommes dans un pays de droit. Le droit est de notre côté. On n'a pas à chercher midi à quatorze heures ».

Reste aux autorités à se mettre du côté du droit avant d’assainir les douanes dont la gestion a toujours été décriée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.