Republier
Guinée Bissau

La Guinée-Bissau victime d'un coup d'Etat ?


©

La confusion règne en Guinée-Bissau. Des militaires sont déployés dans les rues de la capitale. Ils ont pris le 12 avril au soir le contrôle de la radio nationale, du siège du PAIGC, le parti au pouvoir et attaqué la résidence du Premier ministre. Carlos Gomes Junior serait actuellement en sécurité, mais selon une source militaire, plusieurs responsables politiques ont été arrêtés et conduits à l'état-major. La Cédéao condamne cette tentative de coup d'Etat en Guinée-Bissau.  

Les militaires bissau-guinéens ont d’abord pris le contrôle de la radio nationale. Puis ils ont occupé le siège du parti au pouvoir, le PAIGC. Ils ont également installé un cordon de sécurité autour du palais présidentiel, et arrêté plusieurs responsables politiques qui ont été conduits à l’état-major.

Mais le principal objectif des mutins hier a semble-t-il été la résidence du Premier ministre, Carlos Gomes Junior, au centre ville. Le bâtiment a été attaqué à l’arme légère et aux roquettes RPG jusqu’en milieu de soirée. Puis le calme est revenu, sans qu’on sache exactement ce que le Premier ministre était devenu.

On ignore également ce qui a poussé les militaires à intervenir une nouvelle fois dans la capitale. Le pays est en pleine période électorale. Le second tour de l’élection présidentielle était prévu le 29 avril prochain. Il devait départager Carlos Gomes Junior et l’opposant Kumba Yala.

Dans l’après-midi d’hier, Kumba Yala et quatre autres responsables de l’opposition ont tenu une conférence de presse au cours de laquelle ils ont appelé leurs militants et sympathisants à ne pas aller voter le 29. Yala, qui possède de solides connexions dans l’armée a également menacé toute personne qui s’aventurerait à battre campagne. S’agit-il d’une simple coïncidence, ou ces propos ont-ils été l’un des déclencheurs de l’intervention des militaires ?

Un habitant de Bissau qui se trouvait en centre-ville, non loin de la résidence attaquée du Premier ministre, témoigne de la violence des tirs.

On a entendu des tirs violents à l’arme lourde tout près de la résidence du Premier ministre. Les militaires étaient partout, et ils ont coupé l’électricité. On a peur, il n’y a plus de sécurité.
Un habitant de Bissau, la capitale
10-10-2013 - Par Nicolas Champeaux

Daniel Kablan Duncan, ministre ivoirien des Affaires étrangères, qui présidait le Conseil de médiation et de sécurité de la Cédéao, hier à Abidjan, sur le Mali et la Guinée- Bissau justement, a condamné cette tentative de coup d'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.