Mali : nouvelle étape vers le retour à un régime civil - Afrique - RFI

 

  1. 06:43 TU Sessions d'information
  2. 07:00 TU Journal
  3. 07:10 TU Sessions d'information
  4. 07:30 TU Journal
  5. 07:40 TU Grand reportage
  6. 08:00 TU Journal
  7. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  8. 08:30 TU Journal
  9. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  10. 09:00 TU Journal
  11. 09:10 TU Priorité santé
  12. 09:30 TU Journal
  13. 09:33 TU Priorité santé
  14. 10:00 TU Journal
  15. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  16. 10:30 TU Journal
  17. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  18. 11:00 TU Journal
  19. 11:15 TU Sessions d'information
  20. 11:30 TU Journal
  21. 11:33 TU Sessions d'information
  22. 12:00 TU Journal
  23. 12:10 TU Sessions d'information
  24. 12:30 TU Journal
  25. 12:33 TU Sessions d'information
  1. 06:43 TU Sessions d'information
  2. 07:00 TU Journal
  3. 07:10 TU Sessions d'information
  4. 07:30 TU Sessions d'information
  5. 08:00 TU Journal
  6. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  7. 08:30 TU Journal
  8. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  9. 09:00 TU Journal
  10. 09:10 TU Priorité santé
  11. 09:30 TU Journal
  12. 09:33 TU Priorité santé
  13. 10:00 TU Journal
  14. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  15. 10:30 TU Journal
  16. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  17. 11:00 TU Journal
  18. 11:15 TU Sessions d'information
  19. 11:30 TU Journal
  20. 11:33 TU Sessions d'information
  21. 12:00 TU Journal
  22. 12:10 TU Grand reportage
  23. 12:30 TU Sessions d'information
  24. 13:00 TU Journal
  25. 13:10 TU Sessions d'information
Urgent

Ce mardi matin, RFI modifie ses programmes. «Appels sur l’actualité» et «Priorité santé» s’associent pour une émission spéciale consacrée à la plus grave épidémie de fièvre Ebola jamais enregistrée. Avec leurs invités, Claire Hédon et Juan Gomez répondront à toutes vos questions sur le diagnostic, les traitements et la prévention, entre 8h et 10h TU (10-12h, heure de Paris).

fermer

Afrique

Mali Burkina Faso Blaise Compaoré

Mali : nouvelle étape vers le retour à un régime civil

media

Deux jours après l'investiture du président par intérim, Dioncounda Traoré, la classe politique malienne doit rencontrer les putschistes du 22 mars, sous l'égide du chef de l'Etat burkinabè, Blaise Compaoré, le médiateur de la Cédéao dans la crise malienne. La rencontre a lieu ce samedi 14 avril à Ouagadougou. Au programme des discussions : la formation d'un gouvernement et l'organisation d'élections.

Depuis quelques jours, chaque camp peaufine ses propositions et ses arguments pour des négociations qui s’annoncent très dures. Pour une bonne partie de la classe politique, la junte doit retourner dans ses casernes et se consacrer à la reconquête du nord du pays.

Pourtant l'article 8 de l'accord-cadre stipule qu'il appartient au CNRDRE, Comité national de redressement de la démocratie et de la restauration de l'Etat de mettre en oeuvre l'accord, sous l'égide du médiateur et avec l'appui de la communauté internationale.

Autre clarification que devrait apporter le président Blaise Compaoré : les pleins pouvoirs conférés au Premier ministre de transition qui est également, selon l'article 6 de l'accord, le chef du gouvernement. De quels pouvoirs disposerait alors Dioncounda Traoré, le président de la République par intérim?

Autre dossier également au menu de ce rendez-vous : les «modalités» de la transition, dont la durée reste inconnue. Les uns souhaitent qu'elle soit la plus courte possible, moins d'un an, alors que d'autres plaident pour un minimum de quatorze mois, en référence à la transition de 1990 où le pays était en guerre.

Restent enfin la désignation d'un Premier ministre et la formation d'un gouvernement d'union nationale. Il est sûr qu'aucun des prétendants à la prochaine élection présidentielle ne souhaite ni la diriger ni y participer.

Difficulté sur le plan humanitaire

La conquête du nord du pays par la rébellion a provoqué de nouveaux mouvements de populations dans les pays voisins.

Aujourd'hui, ils seraient plus de 141 000 Maliens à y avoir trouvé refuge d'après les derniers chiffres publiés par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Selon l'agence onusienne, depuis la prise de contrôle de la ville de Gao par les rebelles, le nombre de réfugiés qui arrivent quotidiennement dans la région de Fassala en Mauritanie a plus que doubler.

Dans cette zone, l'aide humanitaire s'était améliorée en début de mois mais restait en deçà des normes minimales. Au Burkina Faso, les flux ont également été revus à la hausse et la question de l'approvisionnement en eau potable reste une urgence.
Au Niger, la masse des nouveaux arrivants est plus modérée. Là aussi, l'action des ONG se poursuit mais reste limitée.

Si les réponses humanitaires aux difficultés des populations ayant trouvé refuge dans les pays voisins semblent encore insuffisantes, la situation des déplacés de l'intérieur est encore plus grave, notamment dans le Nord.

Selon Remi Dourlot, le chargé d'information d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest, le climat d'insécurité dans la région entrave l'acheminement de l'aide à ceux qui en ont le plus besoin. Cette semaine, la Commission européenne a mis en garde contre le risque d'une catastrophe humanitaire majeure et appelé à l'ouverture d'un corridor pour permettre des approvisionnements en nourriture et en médicaments.

Doumbia Mama Kouaté, présidente de «femmes.net», -le réseau de communication des femmes africaines-, la région a été dévastée, pillée par les rebelles et les différents groupes armés qui contrôlent cette partie du pays. Livrée à elle-même, la population vit dans une totale insécurité en particulier les femmes, victimes de viols et de multiples exactions. Face à cette situation, Doumbia Mama Kouaté appelle à la mobilisation de la communauté internationale.

Nous informons en ce moment le monde entier à travers nos réseaux sociaux pour dire ce qui se passe réellement. Pour dénoncer les violences que subissent les femmes maliennes dans le Nord. Quand il y a des conflits, des guerres, ce sont toujours les femmes qui se sont les plus grandes victimes.
Doumbia Mama Kouaté Présidente du site «femmes.net» 10/10/2013 - par Zéphyrin Kouadio écouter

Difficulté de mouvement

Dans le nord du Niger à Agadez, les contrôles de police se font de plus en plus rigoureux. Contrôle d'identité des passagers, à l’arrivée, mais aussi de leurs bagages. Des mesures qui s’expliquent par les menaces (Aqmi et rébellion) auxquelles sont confrontés certains pays du Sahel. Pour l’instant, à Agadez, les voyageurs se plaignent de ces contrôles de plus en plus pénibles.

Les policiers procèdent à des fouilles systématiques des personnes, de tous les bagages, et coffres des voitures. Et nous, nous n'avons pas le droit de dire un mot.
Durcissement de contrôle à l'entrée d'Agadez Reportage 10/10/2013 - par Raliou Hamed-Assaleh écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.