Togo : le RPT est mort, que vive l'Unir - Afrique - RFI

 

  1. 17:00 TU Journal
  2. 17:10 TU Sessions d'information
  3. 17:30 TU Journal
  4. 17:33 TU Sessions d'information
  5. 17:40 TU Accents d'Europe
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Décryptage
  8. 18:30 TU Journal
  9. 18:33 TU Sessions d'information
  10. 18:40 TU Débat du jour
  11. 19:00 TU Journal
  12. 19:10 TU Grand reportage
  13. 19:30 TU Journal
  14. 19:40 TU Sessions d'information
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU La bande passante
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU La bande passante
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Couleurs tropicales
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Couleurs tropicales
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:00 TU Journal
  2. 17:10 TU Sessions d'information
  3. 17:30 TU Journal
  4. 17:33 TU Sessions d'information
  5. 17:40 TU Accents d'Europe
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Grand reportage
  8. 18:30 TU Sessions d'information
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Décryptage
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:40 TU Débat du jour
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU La bande passante
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU La bande passante
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Radio foot internationale
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Radio foot internationale
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.

fermer

Afrique

Faure Gnassingbé Togo

Togo : le RPT est mort, que vive l'Unir

media

Le Rassemblement pour le peuple togolais (RPT), l'ancien parti unique, était réuni en congrès extraordinaire ce samedi 14 avril 2012 à Blitta, à 275 kilomètres au nord de Lomé. Le RPT, créé en 1969 par Gnassingbé Eyadéma, le père de l'actuel président, s'est autodissout pour renaître aussitôt en Union pour la république, conformément au souhait de l'actuel chef de l'État.

A l’appel du Rassemblement pour le peuple togolais (RPT), 1 000 délégués venus de toutes les régions du pays ont répondu présent. Le congrès a duré un peu plus d’une demi-journée. La modification d’un article et le verrou a sauté : le RPT peut maintenant être fusionné avec d’autres partis pour coopter des personnalités représentatives en vue de la création d’une nouvelle force politique.

Le nouveau texte précise : la fusion ou la création produit le même effet, la dissolution. En clair, le RPT est dissout. Ses biens seront confiés à la fondation que Gnassingbé Eyadéma a créé, ses membres peuvent adhérer à la nouvelle formation qu’on annonce.

Puis, les choses sont allées très vite alors que les délégués n’ont pas encore fini de prononcer le requiem du RPT : cette fois, c’est plus au sud, à une centaine de kilomètres, qu’est proclamé, en présence de Faure Gnassingbé, la création de l’Union pour la république, l'Unir, dont il est le président provisoire.

Que vont devenir les 50 députés du RPT au Parlement ? Le président du Congrès de Blitta, Komikpime Bamnante, répond la mort dans l’âme : ils vont devenir des non inscrits.

Ancien parti unique, le RPT a conservé le pouvoir depuis l'instauration du multipartisme en 1991. Il a porté Faure Gnagssingbé à la présidence. Le chef de l'État n'avait pas caché son intention de rénover le parti, hérité de son père, tout en conservant sa structure.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.