L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, s'est réfugié au Sénégal

Amadou Toumani Touré.
© REUTERS/Toussaint Kluiters/United Photos/Files

Amadou Toumani Touré a quitté Bamako ce jeudi 19 avril dans la soirée pour Dakar. Ce départ a été rendu possible suite à un accord entre le chef de l'ex-junte, le capitaine Sanogo, et la médiation ouest-africaine. Retour sur les conditions de cet exil et sur le dernier mois de clandestinité de l'ex-président malien.

Notre dossier spécial Mali

Il était près de 21h30 ce jeudi soir à Bamako, lorsqu'un avion de la présidence sénégalaise transportant Amadou Toumani Touré et sa famille s'est envolé pour Dakar.

Ces derniers jours, selon le président du Sénégal, Macky Sall, l'ex-président malien était parti se réfugier à la résidence de l'ambassadeur du Sénégal, un territoire théoriquement inviolable selon les règles diplomatiques internationales.

Depuis le 22 mars et sa fuite précipitée du palais de Koulouba, tout Bamako se demandait où ATT se cachait. Il est au camp des commandos parachutistes de Djikoroni, affirmaient les uns ; il est à l'ambassade américaine prétendaient d'autres. Il serait parti vers la frontière guinéenne, assuraient encore d'autres sources. Dans les faits, le mystère n'a jamais été totalement percé.

Une vie de président en exil

Une semaine après son renversement du pouvoir, ATT était sorti du silence en accordant une interview à RFI. S'il se disait libre, en bonne santé et toujours au Mali, par précaution il préférait ne pas donner sa localisation exacte.

Quelques jours plus tard, le 8 avril, il fit finalement sa première et seule réapparition publique pour remettre sa démission aux médiateurs de la Cédéao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest). La scène se déroula à Bamako dans la villa de l'un de ses enfants.

Amadou Toumani Touré en a désormais fini avec cette vie de clandestinité, risquant à chaque instant une arrestation. Débute pour lui maintenant une nouvelle vie, loin du pouvoir. Une vie d'ex-président en exil.

Il faut saluer et féliciter les chefs d'Etat, le président Alassane Ouattara, le président Blaise Compaoré, le président Macky Sall, mais aussi saluer le capitaine Sanogo qui a adhéré à leur demande. C'était une volonté du président Amadou Toumani Touré mais il fallait que le capitaine adhère...

Adama Bictogo
20-04-2012 - Par Cyril Bensimon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.