Mali : situation incertaine, un mois après le renversement du président Amadou Toumani Touré

Amadou Toumani Touré lors de sa déclaration de démission ce 8 avril 2012.
© Guillaume Thibault/RFI

La Suissesse Béatrice Stockly a été enlevée le 15 avril dernier à Tombouctou où elle vivait depuis longtemps. Elle serait aujourd'hui aux mains du groupe islamiste armé Ansar Dine qui l'a reprise à ses ravisseurs et se dit prêt à la libérer. La situation reste par ailleurs incertaine au Mali, un mois après le coup d'Etat militaire qui a renversé le président Amadou Toumani Touré, refugié désormais au Sénégal. Mais malgré la nomination d'un Premier ministre civil de la transition, les putschistes semblent dominer la situation.

Notre dossier spécial Mali

Depuis l’indépendance du Mali en 1960, c’est la première fois que le pays fait un mois sans avoir un gouvernement ! Un Premier ministre est certes nommé, mais les consultations se poursuivent pour la formation de l’équipe de transition.

Après avoir remis symboliquement le pouvoir aux civils, la junte qui a renversé le 22 mars dernier le président Amadou Toumani Touré occupe toujours une place importante sur le terrain. Certains parlent même de cohabitation de trois structures : la primature, la présidence, et la junte.

Bientôt, il faudra compter avec l’Assemblée, puisque les députés auront droit à une prorogation de leur mandat.

A Bamako, deux principaux groupes animent le débat politique. La Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM), qui soutient la junte, et le Front pour la démocratie et la république (FDR), qui réclament un retour effectif à l’ordre constitutionnel. A la tête des deux camps, deux syndicalistes qui ne s’apprécient pas du tout.

Reste la situation sur le terrain. Le pays est toujours coupé en deux. Le Nord, grand comme une fois et demi La France, est occupé par plusieurs groupes armés, avec une importante présence du groupe islamiste Ansar Dine, qui a le soutien de la branche maghrébine d’al-Qaïda.

Selon Cheickna Cissoko, président de la communauté malienne de Guinée, plus d'un millier de Maliens résidents en Guinée Conakry ont manifesté hier leur colère contre les « rebelles et autres terroristes » qui ont envahi le nord de leur pays. Ils demandent aux nouvelles autorités du Mali d'engager une lutte sans merci contre les envahisseurs pour que leur pays recouvre son intégrité.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.