Mali : les dessous de la libération de l'otage Béatrice Stockly


©

L'otage suisse enlevée le 15 avril 2012 à Tombouctou, dans le nord du Mali, est libre depuis mardi 24 avril. Béatrice Stockly a été remise par le mouvement islamiste Ansar Dine aux services de sécurité du Burkina Faso, qui l'ont emmenée à Ouagadougou à bord d'un hélicoptère. Cette femme d'une quarantaine d'années, vivant depuis longtemps à Tombouctou, est une chrétienne très impliquée dans les actions sociales. Elle avait refusé de quitter la ville après sa prise le 1er avril par Ansar Dine.

Une semaine après le rapt du 15 avril, on apprend que le groupe islamiste du nom de Ansar Dine a poursuivi les ravisseurs de l’otage suisse Béatrice Stockly, et a pu ramener cette dernière à Tombouctou. A moins que cet enlèvement et cette libération ne soient en réalité une affaire interne au groupe islamiste ? Difficile d’écarter totalement l’hypothèse.

Très rapidement, un homme d’affaires originaire de Tombouctou était venu proposer d’engager des négociations pour libérer l’otage contre la somme de 400 millions de francs Cfa. Il avait été éconduit. La Croix-Rouge malienne avait alors proposé de faciliter les discussions, mais Ansar Dine s'y était opposé. 

Dans la foulée, la Suisse demande alors l’aide du Mali et surtout du Burkina Faso. Le président Blaise Compaoré instruit son chef d’état-major particulier et un de ses conseillers en déplacement au moment des faits. Un contact téléphonique est établi avec la haute hiérarchie du groupe armé Ansar Dine.

Les discussions sont au départ très tendues. Le Burkina arrive à amadouer, au sens propre comme au sens figuré, les gardiens de l’otage. On s’entend sur le jour de la libération, mardi matin du 24 avril.

Au saut du lit, des habitants de Tombouctou voient dans le ciel deux petits avions de reconnaissance, un hélicoptère du Burkina Faso atterrit puis repart avec l’otage. Le premier geste de Béatrice Stocky : offrir du chocolat aux autres passagers.

Le Burkina Faso affirme qu’il n’a pas versé de rançon. Peut-être qu’effectivement, l’argent n’est pas arrivé par ce canal, mais d’après nos informations la Suisse a accepté une formule pour que de respectables liasses d’euros soient versées. Cette libération confirmerait en tout cas la volonté d'Ansar Dine de se poser comme un véritable interlocuteur au nord du Mali.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.