Republier
Cédéao Mali

Mali: confusion et incertitude sur le rôle de la junte militaire


©

La Cédéao a prévu d'envoyer des troupes au Mali, pour s'assurer que l'accord de transition soit bien mis en oeuvre. L'organisation a donné un an aux putschistes pour organiser des élections présidentielle et législatives, au lieu des quarante jours prévus par la Constitution. Le mandat des autorités actuelles est donc prolongé. Pour l'instant, les militaires responsables du coup d'Etat du 22 mars restent silencieux, mais il n'est pas sûr qu'ils se plient aux exigences de la Cédéao.

A Bamako, les Maliens s'interrogent sur la transition, le rôle des militaires, la crise au nord du pays, et les avis sont très partagés. Reportage de notre envoyée spéciale.
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand

Les putschistes du 22 mars vont-ils accepter de rentrer dans leur caserne, et de se soumettre aux autorités civiles, comme leur a demandé explicitement ce jeudi la Cédéao, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest ?

Ils ne se sont pas encore exprimés pour l'instant sur cette réunion d’Abidjan, mais ce qui est sûr, c’est que lors de ses derniers déplacements, le capitaine Sanogo était encore accompagné d’un cortège digne d’un chef d’Etat. Faut-il y voir un signe ? Cela signifie-t-il que les civils n’ont encore, malgré les textes signés, qu’un rôle minime ?

Kassoum Tapo, porte-parole des partis oppposés au coup d’Etat du 22 mars, assure le contraire : « Non, ce ne sont pas les militaires qui sont au pouvoir. Je crois que ce sont toujours des Maliens et des civils, qui sont dans ce gouvernement. Les militaires y sont bien sûr mais à leur place. Ils étaient déjà là à cette même place dans le gouvernement ATT ».

Nous devons tout faire pour ne pas fragiliser cette transition, ne pas entraver l’action du gouvernement pour qu’il puisse s’acquitter de ses missions essentielles… une de nos premières exigences aujourd’hui c’est de faire en sorte que la transition réussisse : cela suppose, de mon point de vue, que ceux qui animent la transition ne jouent pas en solo… s’ils ne jouent pas collectif, je ne vois pas comment ils peuvent mobiliser toutes les énergies du pays...
Tiébilé Dramé lance un appel : «Il est important que les fils et filles du Mali se donnent la main»
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand


Certaines voix à Bamako continuent néanmoins de croire qu’il faut attendre la fin des quarante premiers jours de présidence intérimaire pour voir si le pouvoir politique se stabilise réellement. Comme si après cette date qui était au départ celle fixée par la Constitution pour l’intérim, tout pouvait encore arriver.

Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest, Said Djinnit, estime que pour la bonne marche de la transition, la junte doit maintenant se dissoudre et ne plus jouer de rôle sur la scène politique malienne. C’est ce qu’il a déclaré au correspondant de RFI à Dakar, Laurent Correau, dans l’entretien qu’il lui a accordé.

Il faut que l’ordre constitutionnel soit effectivement rétabli et que la junte militaire soit dissoute
Saïd Djinnit
10-10-2013 - Par Laurent Correau

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.